Les systèmes de fibres nerveuses qui conduisent les impulsions des récepteurs de la peau et des muqueuses, des organes internes et des organes de mouvement vers diverses parties de la moelle épinière et du cerveau, en particulier vers le cortex cérébral, sont appelés voies ascendantes ou sensorielles afférentes. Les systèmes de fibres nerveuses qui transmettent les impulsions du cortex ou des noyaux sous-jacents du cerveau à travers la moelle épinière à l'organe de travail (muscle, glande) sont appelés voies motrices ou descendantes efférentes. Les voies sont formées par des chaînes de neurones, les voies sensorielles étant généralement constituées de trois neurones et les voies motrices de deux. Le premier neurone de toutes les voies sensorielles est toujours situé à l'extérieur du cerveau, dans les nœuds spinaux ou les nœuds sensoriels des nerfs crâniens. Le dernier neurone des voies motrices est toujours représenté par des cellules des cornes antérieures de la matière grise de la moelle épinière ou des cellules des noyaux moteurs des nerfs crâniens (Fig.118).

Figure. 118. Schéma des voies du cerveau et de la moelle épinière, et - voies ascendantes (sensibles); 1 - fibres sensibles des nerfs spinaux; 2 - fibres sensibles des nerfs crâniens; 3 - voie spinotapamique latérale (voie de la douleur et sensibilité à la température); 4 - conducteurs de sensibilité musculo-articulaire (faisceaux fins et en forme de coin); 5 - moelle allongée; 6 - noyaux de cordons fins et en forme de coin; 7 - thalamus. b - voies descendantes (motrices): I - III - aire motrice du cortex; 1 - cortex des hémisphères cérébraux; 2 - thalamus; 3 - croix du chemin pyramidal; 4 - chemin pyramidal; 5 - partie de la moelle épinière; 6 - fibres motrices du nerf spinal; 7 - muscles; 8 - Voie cortico-nucléaire

Sentiers sensibles. La moelle épinière conduit quatre types de sensibilité: tactile (sensation de toucher et de pression), température, douleur et proprioceptive (provenant des récepteurs des muscles et des tendons, le sens dit articulaire-musculaire, un sens de la position et du mouvement du corps et des membres).

Le chemin de la douleur et de la sensibilité à la température est le chemin thalamique spinal latéral. Le premier neurone de cette voie est constitué des cellules des nœuds spinaux. Leurs processus périphériques font partie des nerfs spinaux. Les processus centraux forment les racines dorsales et pénètrent dans la moelle épinière, se terminant dans les cellules des cornes dorsales (deuxième neurone). Les processus des seconds neurones traversent la commissure de la moelle épinière du côté opposé (forment une croix) et montent en tant que partie de la moelle latérale de la moelle épinière dans la moelle épinière. Là, ils jouxtent la boucle sensorielle médiale et traversent la moelle allongée, le pons et le cerveau jusqu'au noyau latéral du thalamus, où ils passent au troisième neurone. Les processus cellulaires des noyaux thalamiques forment un faisceau thalamocortical passant par la jambe postérieure de la capsule interne jusqu'au cortex du gyrus post-central. En raison du fait que les fibres se croisent en cours de route, les impulsions des récepteurs de la moitié gauche du corps sont effectuées vers l'hémisphère droit et de la moitié droite vers la gauche.

La voie thalamique spinale antérieure est constituée de fibres qui conduisent la sensation tactile; elle passe dans la moelle antérieure de la moelle épinière.

Les voies de la sensibilité musculo-articulaire (proprioceptive) sont dirigées vers le cortex cérébral et vers le cervelet, qui est impliqué dans la coordination des mouvements. Deux voies vertébrales vont au cervelet - antérieure et postérieure. La voie vertébrale postérieure part de la cellule du nœud rachidien (premier neurone). Le processus périphérique fait partie du nerf spinal et se termine par un récepteur dans le muscle, la capsule articulaire ou les ligaments. Le processus central de la racine dorsale pénètre dans la moelle épinière et se termine dans les cellules du noyau situées à la base de la corne dorsale (deuxième neurone). Les processus des seconds neurones s'élèvent dans la partie dorsale du cordon latéral du même côté et à travers les pédoncules cérébelleux inférieurs vont aux cellules du cortex cérébelleux. Les fibres de la moelle épinière antérieure se croisent deux fois: dans la moelle épinière et dans le parum dorsal, puis à travers les jambes supérieures du cervelet atteignent les cellules du cortex cérébelleux.

La voie proprioceptive vers le cortex cérébral est représentée par deux faisceaux - délicat (mince) et en forme de coin. Le faisceau doux conduit les impulsions des propriocepteurs des membres inférieurs et de la moitié inférieure du corps et se trouve médialement dans le cordon postérieur. Le faisceau en forme de coin le rejoint de l'extérieur et transporte les impulsions de la moitié supérieure du corps et des membres supérieurs. Le deuxième neurone de cette voie se trouve dans les noyaux du même nom de la moelle allongée. Leurs processus forment une croix dans la moelle allongée et se rejoignent dans un faisceau appelé boucle médiale (sensorielle). Il atteint le noyau latéral du thalamus (troisième neurone). Les processus des troisièmes neurones sont dirigés à travers la capsule interne vers les zones sensibles et partiellement motrices du cortex.

Les chemins moteurs sont représentés par deux groupes.

1. Voies pyramidales (cortico-spinales et cortico-nucléaires), conduisant les impulsions du cortex aux cellules motrices de la moelle épinière et de la moelle allongée, qui sont des voies de mouvements volontaires.

2. Voies motrices réflexes extrapyramidales qui font partie du système extrapyramidal.

Le tractus cortico-spinal pyramidal part des grandes cellules pyramidales (cellules de Betz) du cortex supérieur 2 /s le gyrus précentral et le lobule péricentral, passe à travers la capsule interne, la base des pattes du cerveau, la base du pont, la pyramide de la moelle allongée. À la frontière avec la moelle épinière, il est divisé en faisceaux pyramidaux latéraux et antérieurs. Le faisceau latéral forme une croix et descend dans la moelle latérale de la moelle épinière, se terminant sur les cellules de la corne antérieure. Le chemin avant ne se croise pas et va dans le cordon avant. Formant une intersection segmentaire, ses fibres se terminent également sur les cellules de la corne antérieure.

La voie cortico-nucléaire commence dans le tiers inférieur du gyrus précentral, passe par le genou (flexion) de la capsule interne et se termine sur les cellules des noyaux moteurs des nerfs crâniens du côté opposé.

Les voies motrices réflexes extrapyramidales comprennent la voie rouge-nucléaire-spinale - des cellules du noyau rouge du mésencéphale, la voie temporo-mandibulaire - des noyaux des buttes de la plaque de toit du mésencéphale, associée à la perception auditive et visuelle, et la voie vestibulaire-spinale - des noyaux vestibulaires de la fosse rhomboïde, équilibrer le corps.

BREF APERÇU DES VALEURS DE LA ROCHEUSE ET DU CERVEAU

L'ensemble des axones des cellules nerveuses de la moelle épinière et du cerveau, qui sont des conducteurs d'impulsions homogènes, est appelé la voie. Toutes les voies de la moelle épinière et du cerveau sont subdivisées en afférentes (ascendantes), ou centripètes, efférentes (descendantes) ou centrifuges, et combinées ou associatives.

Les voies nerveuses associatives réalisent des connexions entre les neurones de la moelle épinière ou d'une partie particulière du cerveau, sans aller au-delà des dérivés de chaque vessie cérébrale.

Les voies nerveuses afférentes ou centripètes conduisent les impulsions des récepteurs externes, proprio- et interorécepteurs au cervelet, au thalamus, aux olives et au toit du mésencéphale. Chacune de ces voies conduit des impulsions à partir d'un type spécifique de récepteur. Dans la moelle épinière, les voies ascendantes sont formées par les axones des cellules situées dans les nœuds spinaux, ou par les axones des cellules qui forment les noyaux des cornes dorsales de la moelle épinière. Ces axones, dans la composition de certaines voies, passent dans la moitié de la moelle épinière avec laquelle les récepteurs de ces voies sont connectés; dans la composition des autres, ils passent dans l'autre moitié de la moelle épinière, c'est-à-dire qu'un croisement se produit. Dans le cerveau, les voies ascendantes sont composées des axones des cellules des noyaux sensoriels des nerfs crâniens. Ces axones, à la sortie du noyau, font généralement une croix - se déplacent vers le côté opposé.

Voies ascendantes de la moelle épinière et du cerveau; hémisphère droit (semi-schématique).
(Projection de fibres sur la surface de l'hémisphère.)

Sur le chemin du cervelet ou des noyaux de la région thalamique, les impulsions centrifuges passent deux neurones: un afférent, qui se trouve dans le ganglion périphérique, et un intercalaire, dans la moelle épinière ou le tronc cérébral (moelle épinière, pont).

Ayant atteint la zone du thalamus, les chemins ascendants se terminent sur les cellules nerveuses de ses noyaux. Dans ce dernier, les corps des troisièmes neurones des voies ascendantes sont localisés, le long desquels les impulsions centripètes atteignent le cortex cérébral.

Les zones du cortex cérébral, auxquelles conviennent les voies ascendantes (des organes de la vision, du goût, de l'ouïe, de l'odorat, de la peau, des organes internes), sont appelées les parties corticales des analyseurs: visuelle, gustative, auditive, olfactive, cutanée, interne (interoréceptive) et musculaire ( moteur).

Ainsi, l'analyseur comprend des neurones afférents, des neurones de la moelle épinière et du tronc cérébral, ainsi que toutes les cellules du cortex impliquées dans la réponse aux impulsions provoquées par la stimulation des récepteurs..

Les chemins efférents ou centrifuges sont les suivants:

1) un ensemble d'axones d'un certain type de cellules du cortex cérébral, qui transmettent des impulsions nerveuses aux cellules des noyaux moteurs des nerfs crâniens ou aux cellules des noyaux des cornes antérieures (piliers) de la moelle épinière;

2) un ensemble d'axones de cellules des noyaux basaux des hémisphères cérébraux et un certain nombre de noyaux du tronc, transmettant des impulsions nerveuses aux neurones efférents de la moelle épinière et du tronc cérébral.

Voies descendantes de la dorsale
et le cerveau (semi-schématique;
section frontale).

Le premier groupe de fibres forme un système pyramidal et le second - un système extrapyramidal de voies.

Il existe également des voies efférentes du système nerveux autonome (autonome), qui transmettent des impulsions de l'hypothalamus aux neurones efférents du système nerveux autonome (autonome)..

Les voies du système extrapyramidal et les voies du système nerveux autonome (autonome) sont sous l'influence du cortex cérébral, qui est fournie par la présence de faisceaux de fibres nerveuses reliant le cortex cérébral aux noyaux basaux, à l'hypothalamus et à d'autres noyaux de ces systèmes.

Voies descendantes de la dorsale
et le cerveau;
surface latérale supérieure
(semi-schématique).

La section corticale de chaque analyseur se compose d'un noyau qui occupe une certaine zone dans le cortex cérébral et d'une partie dispersée - les cellules nerveuses qui sont en dehors de ces zones.

Analyseur de noyaux dans le cortex cérébral.
A - surface latérale supérieure:

1 - aire motrice du cortex; 2 - le noyau de l'analyseur cutané; 3 - centre de mouvements combinés ciblés; 4 - analyseur visuel du discours écrit; 5 - analyseur auditif de la parole orale; 6 - analyseur visuel; 7 - analyseur auditif; 8 - analyseur de goût; 9 - analyseur moteur de la parole orale; 10 - analyseur moteur de la rotation combinée de la tête et des yeux; 11 - analyseur moteur de la parole écrite.

B - surfaces médianes et inférieures:

1 - analyseur de goût; 2 - analyseur olfactif; 3 - analyseur visuel; 4 - centre du sentiment stéréognostique; 5 - le cœur de l'analyseur cutané.

Les noyaux de l'analyseur moteur sont localisés dans le gyrus précentral, les parties postérieures du gyrus frontal moyen et inférieur. Dans la partie supérieure du gyrus précentral et dans le lobule paracentral se trouvent les parties corticales des analyseurs moteurs des muscles du membre inférieur, en dessous - les muscles du bassin, de la paroi abdominale, du tronc, des membres supérieurs, du cou et, enfin, dans la partie la plus basse - la tête. Dans la partie postérieure du gyrus frontal moyen, se trouve la partie corticale de l'analyseur moteur de la rotation combinée de la tête et des yeux. Il existe également un analyseur moteur de la parole écrite liée aux mouvements volontaires associés à l'écriture de lettres, de chiffres et d'autres signes. La partie postérieure du gyrus frontal inférieur est l'emplacement du noyau de l'analyseur moteur de la parole orale.

La partie corticale de l'analyseur olfactif (et du goût) est située dans le crochet du lobe temporal, le visuel occupe le cortex du bord du sulcus de l'éperon (lobe occipital), la partie auditive - dans le cortex de la partie médiane du gyrus temporal supérieur. Dans la partie postérieure du gyrus temporal supérieur, il y a un analyseur auditif des signaux vocaux (contrôle de sa propre parole et perception de la parole de quelqu'un d'autre). L'analyseur visuel des signes écrits est localisé dans le cortex du gyrus angulaire.

La section corticale de l'analyseur de sensibilité générale: température, douleur, tactile, musculo-articulaire - est située dans le gyrus post-central; la projection des différentes parties du corps est la même ici que dans l'analyseur de moteur. Dans le lobe pariétal supérieur, il y a une zone du cortex qui assure la fonction de reconnaissance des objets par le toucher (stéréognose), et dans le lobe pariétal inférieur, il y a un analyseur moteur chargé de reproduire les mouvements coordonnés appris au cours de la vie (praxie, chez les droitiers - à gauche).

Les extrémités corticales des analyseurs sont reliées à leurs parties périphériques (avec les récepteurs) par le système des voies du cerveau et de la moelle épinière et les nerfs qui en sortent.

Anatomie des voies de la moelle épinière et du cerveau

Les voies du cerveau et de la moelle épinière sont divisées en: 1) associatif, 2) commissural, 3) projection. L'association et les voies commissurales ont été prises en compte lors de la description de diverses parties du système nerveux central. Les voies de projection sont divisées en sensibles - afférentes et motrices - efférentes. Les plus importants sont les suivants.

Voies afférentes

1. Les voies de sensibilité tactile, douleur et température (la soi-disant sensibilité générale) sont formées par une chaîne de neurocytes. Les premiers neurocytes de ces voies sont les cellules pseudo-unipolaires des nœuds spinaux. Les dendrites de ces cellules faisant partie des nerfs périphériques pénètrent dans la peau, où elles se terminent par des exterorécepteurs qui perçoivent des irritations de sensibilité générale. Les neurites des cellules pseudo-unipolaires des racines dorsales pénètrent dans la zone racinaire de la moelle épinière et se terminent dans les cellules de la corne dorsale. Les seconds neurocytes de cette voie sont les cellules des cornes postérieures, dont les neurites traversent la commissure blanche antérieure vers le côté opposé et forment les tractus dorso-tubéreux antérieur et latéral. Ces chemins traversent la moelle épinière et pénètrent dans la couverture pontique, dans la partie supérieure de laquelle ils sont reliés à la section externe de la boucle médiale. Avec la boucle médiale, ils passent vers l'extérieur des noyaux rouges dans la muqueuse du mésencéphale et pénètrent dans la butte optique, dont les cellules sont les troisièmes neurocytes de cette voie. Leurs neurites forment des faisceaux tuberculo-corticaux, des fascicules thalamocorticales, qui se terminent dans les noyaux de l'analyseur cutané (gyrus central, lobule pariétal supérieur).

2. Les voies de sensibilité tactile, à la douleur et à la température du cuir chevelu, de la dure-mère, de la sclérotique, de la cornée et de la conjonctive de l'œil, de la membrane muqueuse de la bouche, du nez et de ses cavités accessoires, des os du crâne, de la mâchoire inférieure et des dents forment des chaînes de 3 neurocytes. Les corps des premiers neurocytes de ces voies sont situés dans le nœud trijumeau. Les dendrites des cellules pseudo-unipolaires de ce nœud se terminent par les récepteurs correspondants dans les formations répertoriées. Les neurites cellulaires forment une racine sensible du nerf trijumeau, qui pénètre dans l'épaisseur du pont et y est divisée en branches ascendantes et descendantes.

La branche ascendante est formée de fibres assez épaisses de sensibilité tactile et proprioceptive, et les fibres minces de la branche descendante conduisent des impulsions de douleur et de sensibilité à la température au noyau du tractus spinal du nerf trijumeau. Les fibres ascendantes de sensibilité tactile se terminent dans le noyau sensoriel supérieur du nerf trijumeau. A partir des cellules de ce noyau, les fibres des seconds neurocytes de cette voie naissent. Ces fibres forment une croix, dans la zone du pont, puis font partie de la boucle médiale, avec laquelle elles passent dans l'opercule du pédicule cérébral et se terminent dans le tubercule optique. Les neurites des cellules du tubercule optique faisant partie des fibres du tiers postérieur de la jambe postérieure de la capsule interne sont dirigés vers le cortex de la partie inférieure du gyrus central, où ils se terminent. Les fibres descendantes de la racine sensorielle à l'intérieur du pont forment un trajet rachidien de grand volume du nerf trijumeau, qui contient un grand nombre de fibres minces sans myéline. Ce chemin monte jusqu'au segment cervical IV, se terminant progressivement dans les cellules du noyau du même nom, et les fibres des parties les plus externes de la peau du visage, peu importe à laquelle des trois branches de ce nerf elles appartiennent, se terminent dans les parties les plus basses du noyau, et des plus médiales - dans sa partie supérieure département. Les seconds neurocytes de la voie de la douleur et de la sensibilité à la température sont les cellules du noyau de la voie vertébrale du nerf trijumeau. Leurs neurites se croisent, passent dans la formation réticulaire de la moelle allongée et des pons, et rejoignent la boucle médiale, avec laquelle ils se terminent dans le tubercule optique. Le cours et le lieu de terminaison du troisième neurocyte de cette voie sont les mêmes que le chemin de la sensibilité tactile.

3. Les voies de sensibilité proprioceptive (profonde) transmettent à la zone du noyau cortical de l'analyseur moteur des impulsions de sensibilité profonde provenant des propriocepteurs des muscles, des tendons, des articulations, qui servent de signaux de changements de tension musculaire, de bourses et d'autres éléments de l'appareil locomoteur, c'est-à-dire des signaux de stimuli kinesthésiques. Les premiers neurocytes sensibles de ces voies sont les cellules des nœuds spinaux. Les dendrites des cellules pseudo-unipolaires des nœuds spinaux se terminent par des propriocepteurs dans les muscles, les tendons, les articulations et les neurites des racines dorsales pénètrent dans la zone radiculaire des cornes postérieures de la moelle épinière et, sans interruption de ses noyaux, passent dans les cordons postérieurs. Une partie des fibres de sensibilité tactile passe également à travers les cordons postérieurs. Les fibres de sensibilité proprioceptive des segments inférieurs de la moelle épinière constituent un mince faisceau situé médialement dans le cordon postérieur, et les fibres correspondantes des 12 segments supérieurs forment un faisceau en forme de coin s'étendant latéralement du faisceau mince. Les faisceaux minces et en forme de coin se terminent dans les noyaux de commutation éponymes de la moelle allongée. Les seconds neurocytes sont les cellules des noyaux de commutation des cordons fins et en forme de coin, dont les fibres sont pliées, contournent le canal central en avant et dans la couche inter-olivaire forment une croix avec les fibres du côté opposé. Ces fibres sont appelées arquées internes et leur intersection est l'intersection sensorielle supérieure, ou l'intersection de la boucle, puisqu'elles constituent la boucle médiale. La boucle médiale dans la zone du pont est située derrière le chemin pyramidal. Déjà dans les parties supérieures de la moelle allongée, des voies de sensibilité tactile, de douleur et de température - les tractus spinal-tubéreux - commencent à la rejoindre. La connexion de la boucle médiale et des tractus dorso-tubéreux se termine dans les parties supérieures du pont, ce qui entraîne un grand faisceau de fibres nerveuses qui sont des conducteurs de tous types de sensibilité. Dans ce faisceau, les fibres de sensibilité proprioceptive (sensation musculo-articulaire) occupent la position la plus médiale. En dehors d'eux, il y a un chemin de sensibilité tactile, latéral à partir de celui-ci - un chemin de température, à l'extérieur duquel il y a un chemin de sensibilité à la douleur.

À partir du pont, la boucle médiale passe dans le tectum du mésencéphale, situé à l'extérieur des noyaux rouges, puis pénètre dans le tubercule optique, où elle se termine dans l'un des noyaux du groupe ventral. Les processus des cellules de ce noyau sont les troisièmes neurocytes des voies de sensibilité proprioceptive, qui forment des faisceaux tuberculo-corticaux. Ces faisceaux se terminent dans les noyaux de la peau et des analyseurs moteurs (voir Fig.207).

On pense que les voies proprioceptives de l'appareil moteur de la tête passent par les voies des nerfs crâniens trijumeau, facial, lingopharyngien, vague, hypoglosse et accessoire. Ces voies constituent également des chaînes de 3 neurocytes et se terminent dans les noyaux des analyseurs cutanés et moteurs. En raison du fait que le chemin considéré de la sensibilité proprioceptive se termine dans le cortex, où la forme la plus élevée d'analyse et de synthèse des stimuli cinétiques reçus est effectuée. Ces irritations deviennent des sensations et se réalisent, c'est-à-dire qu'une personne se fait une idée de la position de parties de son corps dans l'espace et change de position. En plus du chemin considéré de la sensibilité proprioceptive, il existe des voies proprioceptives par lesquelles les impulsions nerveuses n'atteignent pas le cortex cérébral et, par conséquent, ne deviennent pas des sensations. Ceux-ci incluent les voies proprioceptives vers le cervelet.

4. Les voies proprioceptives vers le cervelet sont impliquées dans la régulation réflexe inconditionnée du tonus musculaire, de l'équilibre, de la coordination et de la synergie des mouvements. Distinguer les tractus médullaires antérieurs et postérieurs, dont les premiers neurocytes sont des cellules pseudo-unipolaires des nœuds de la moelle épinière. Les dendrites de ces cellules se terminent par des propriocepteurs dans les muscles, les tendons, les articulations et perçoivent constamment des irritations qui signalent l'état du système locomoteur. Les neurites de ces cellules faisant partie des racines spinales pénètrent dans la moelle épinière et se terminent dans les noyaux thoracique et intermédiaire-médial de la corne postérieure.

Les neurites des cellules du noyau thoracique sortent du même côté dans la moelle latérale de la moelle épinière et forment la moelle épinière postérieure qui, faisant partie des jambes inférieures du cervelet, pénètre dans le cervelet et se termine dans le cortex du ver. Les neurites des cellules du noyau intermédiaire médial de leur côté et celui des côtés opposés de la moelle latérale de la moelle épinière forment la voie vertébrale antérieure. Les fibres de ce chemin passent la moelle allongée et le pont; près du toit du mésencéphale, les fibres non croisées dans la moelle épinière forment une croix avec les fibres du côté opposé, après quoi la moelle épinière antérieure, faisant partie des jambes supérieures du cervelet, passe dans le vermis cérébelleux et se termine sur les cellules de son cortex. Les deux voies proprioceptives vers le cervelet transportent l'influx nerveux de leur côté.

5. Les voies olfactives sont subdivisées en sections périphériques et centrales. Le premier comprend le système de processus centraux des cellules olfactives, qui pénètrent à travers les ouvertures de la plaque ethmoïde de l'os ethmoïde de la cavité nasale dans la cavité crânienne et se terminent sur les cellules mitrales du bulbe olfactif. Les bulbes olfactifs, ainsi qu'un certain nombre de formations sous-corticales et corticales, constituent la section centrale de la voie olfactive. Les neurites des cellules mitrales, lorsqu'ils sont combinés, forment le tractus olfactif. Une partie des neurites des cellules mitrales se termine sur les cellules granulaires du bulbe olfactif, dont les neurites forment des synapses avec les cellules mitrales. On pense que de telles connexions entre les cellules au sein du bulbe olfactif contribuent à l'amélioration des impulsions olfactives. Dans la région du triangle olfactif, certaines fibres du tractus olfactif se terminent. La plupart d'entre eux sont divisés en trois faisceaux, dont le externe se termine dans le cortex du crochet du gyrus parahippocampique, le milieu - dans la substance perforée antérieure et le médial - passe dans le champ péri-olfactif du cortex du lobe frontal du cerveau. Les centres olfactifs du cortex sont reliés par des fibres de projection avec les centres olfactifs sous-corticaux, dont les corps du mamelon, à leur tour, sont connectés à de nombreux noyaux du tronc cérébral (faisceaux mamelon-tubéreux et mamelon-tegmental).

6. Les voies des organes de la vie végétale - organes internes, vaisseaux sanguins et lymphatiques, etc. forment une chaîne de 3 neurocytes. Les premiers neurocytes de ces voies sont les cellules des nœuds de certains nerfs crâniens (trijumeau, facial, lingopharyngien et vague) et les nœuds spinaux, les seconds neurocytes sont les processus des cellules des noyaux de ces nerfs, et le troisième sont les processus des cellules de la tubérosité optique, qui se terminent dans la zone prémotrice et la région limbique écorce.

Une place importante dans l'innervation sensible des organes de la vie végétale appartient au nerf vague. Les cellules du premier neurocyte de la voie sensible sont situées dans ses nœuds supérieurs et inférieurs. Les dendrites de ces cellules se terminent par des interorécepteurs dans les organes internes, et les neurites faisant partie des racines nerveuses pénètrent dans l'épaisseur de la moelle allongée, où ils se terminent dans le noyau d'un seul faisceau. Les processus des cellules de ce noyau sont les seconds neurocytes. Ils forment une croix, après quoi, dans la région du pont, ils rejoignent la boucle médiale, avec laquelle ils passent dans le tubercule optique. Les cellules de ce dernier - les troisièmes neurocytes de cette voie - se terminent dans la partie inférieure du gyrus central.

Anatomie générale et schémas structurels des voies du cerveau et de la moelle épinière

Système nerveux. Contrôle express des conférences sur le sujet: Anatomie générale et schémas de la structure des voies du cerveau et de la moelle épinière.

1. Quelles sont les voies? Donner 3 définitions

Voies:

  • C'est un complexe de fibres nerveuses morphologiquement isolées et fonctionnellement homogènes.
  • C'est une forme de connexion de la périphérie du centre + entre différents centres.
  • Il s'agit d'une chaîne de neurones fonctionnellement sans ambiguïté - ils sont constitués non seulement de matière blanche, mais également de gris. Si nous divisons l'arc réflexe, alors cette définition est obtenue.

2. Sur quels chemins sont divisés par: direction, fonction, longueur, localisation et importance?

  1. Vers :
    • En amont,
    • Descendant;
  2. Par fonction:
    • Sensible - des impulsions se forment dans les récepteurs. Ces voies sont formées par des neurones sensoriels et intercalaires..
    • Moteur - les impulsions vont aux organes exécutifs (aux muscles).
  3. Par longueur:
    • Court - localisé dans un département du système nerveux central ou entre des départements adjacents.
    • Long - connecter des parties éloignées du système nerveux central.
  4. Par localisation:
    • Associatif - dans un hémisphère.
    • Commissural - reliez les deux hémisphères.
    • Projection - connectez les hémisphères avec d'autres départements du GM.
  5. Par importance:
    • Basique - à l'intérieur du système nerveux central.
    • Rond-point - en dehors du système nerveux central. Ils passent à travers la coquille du GM et du CM, à travers les navires. Conduire les sens de gravité et de vibration.

3. Combien de neurones sont les voies sensibles qui suivent le cortex? Où se trouve le corps de chacun d'eux?

Toutes les voies sensorielles vers le cortex sont constituées de trois neurones:

  • Le corps du premier neurone - dans les nœuds sensoriels du CM et du GM.
  • Le corps du deuxième neurone - dans les noyaux sensibles du CM ou le tronc du GM (noyaux fins et en forme de coin, tous les noyaux sensibles du CN).
  • Le corps du troisième neurone est dans les centres sous-corticaux (analyse préliminaire des informations + ce sont les dernières instances sous le cortex).

4. Topographie des voies sensibles dans la moelle épinière, dans le tronc (qui comprend), dans la capsule interne. Les axones dont les neurones se croisent?

Voies sensibles:

  • Dans la moelle épinière, il court dans la moelle postérieure et le long de la périphérie de la moelle latérale. Le processus central du neurone pseudo-unipolaire I va au CM (via la racine du CMN).
  • Dans le coffre du MJ - va dorsalement (dans le cadre de la boucle médiale).
  • Dans la capsule intérieure - va à l'arrière de la jambe arrière.
  • Les axones des seconds neurones font un crossover complet.

5. Vers quelles structures de la moelle épinière et des collatéraux du tronc s'écartent de toutes les voies sensibles?

Les garanties partent de toutes les voies sensibles vers le CM et le tronc GM:

  • Formation réticulaire,
  • Système limbique,
  • Cervelet.

6. De combien de neurones se composent toutes les voies motrices et où se trouvent leurs corps??

Toutes les voies motrices sont à deux neurones.

Selon la localisation des corps des neurones I, les voies motrices sont divisées en:

  • voies pyramidales (corps - dans la 5ème couche du cortex cérébral),
  • voies extrapyramidales (corps - dans les noyaux extrapyramidaux du tronc):
    • Noyaux rouges,
    • Les noyaux des buttes du quadruple,
    • Les noyaux de la formation réticulaire,
    • Noyau vestibulaire latéral de la paire VIII de nerfs crâniens (noyau de Deiters),
    • Noyau d'olive.

Corps du neurone II:

  • Noyaux moteurs des cornes antérieures du CM,
  • Noyaux moteurs du CN,
  • Propres noyaux de pont.

7. Où se trouvent les voies motrices de la capsule interne du tronc et de la moelle épinière? Axones de quels neurones traversent-ils?

  • Dans la capsule interne - l'arrière de la jambe avant, le genou, l'avant de la jambe arrière.
  • Dans le coffre du GM - ventralement.
  • En CM - cordon antérieur et centre du cordon latéral.
  • Les axones des premiers neurones se croisent.

8. Quel est le centre afférent du système extrapyramidal? Quelles structures sont les centres efférents du système extrapyramidal?

  • Centre afférent du système extrapyramidal - thalamus.
  • Centres efférents du système extrapyramidal:
    • Cervelet,
    • Noyaux basaux,
    • Noyaux de Diencephalon,
    • Matière noire,
    • Formation réticulaire,
    • Les noyaux des buttes du quadruple,
    • Noyaux vestibulaires latéraux de la paire VIII,
    • Noyaux d'olive.

9. Quels centres efférents du système extrapyramidal ont une connexion directe avec la moelle épinière? Nommez leurs chemins

  1. Noyau rouge (tractus RubroSpinalis),
  2. Les noyaux des tubercules du quadruple (tractus TectoSpinalis),
  3. Noyaux moteurs de la Fédération de Russie (tractus ReticuloSpinalis),
  4. Noyaux vestibulaires latéraux (tractus VestibuloSpinalis),
  5. Amandes d'olive (tractus OlivoSpinalis).

10. Quels centres efférents du système extrapyramidal n'ont pas de connexions directes avec la moelle épinière? À travers quel noyau et de quelle manière agissent-ils sur la moelle épinière?

Centres efférents du système extrapyramidal n'ayant aucun lien avec le SM:

  1. Cervelet,
  2. Noyaux basaux,
  3. Noyaux de Diencephalon,
  4. Matière noire.

Toutes ces formations agissent sur le SM à travers des noyaux rouges (tracrus RubroSpinalis).

11. Où se termine la voie corticonucléaire? (Liste des noyaux). Décrivez ce chemin

Tractus CorticoNuclearis va du cortex aux noyaux moteurs du CN:

  1. Nucleus nervi oculomotorius (3 paires),
  2. Nucleus nervi trochlearis (4 paires),
  3. Nucleus motorius nervi trigemini (5 paires),
  4. Nucleus abducens (6 paires),
  5. Nucleus nervi facialis (7 paires),
  6. Nucleus ambigus (9,10 paires),
  7. Nucleus accessorius (11 paires),
  8. Nucleus nervi hypoglossi (12 paires).

Ce chemin se dirige vers les noyaux moteurs du CN et effectue un croisement partiel. Une exception est les axones allant à la moitié inférieure du noyau de la paire VII, ainsi qu'au noyau de la paire XII (ici - une croix complète).

Anatomie des voies de la moelle épinière et du cerveau

Comme indiqué précédemment, les sensations proprioceptives extéroceptives et conscientes sont transmises (respectivement le long des colonnes antérolatérale et dorsale - voies lemniscales) de la moitié gauche du tronc et des extrémités gauches à l'hémisphère droit. Il a également été précédemment noté que les fibres cortico-spinales du tractus pyramidal, à partir du cortex moteur, innervent les neurones de la corne antérieure de la moitié opposée de la moelle épinière; une petite partie de ces fibres, sans faire de croix, va de leur côté. Les fibres partant du lobe pariétal suivent la corne postérieure de la matière grise du côté opposé.

Des principes structurels similaires s'appliquent au tronc cérébral. Les fibres motrices descendantes se terminant dans le tronc sont appelées cortico-bulbaires. Comme le montre la figure ci-dessous, les noyaux moteurs recevant les fibres cortico-bulbaires des deux côtés sont représentés par les noyaux moteurs du nerf crânien V, les noyaux moteurs du nerf crânien VII (innervent les muscles de la moitié supérieure du visage) et le double noyau (nerfs crâniens IX et X). Veuillez noter que le noyau moteur du nerf crânien VII, responsable de l'innervation des muscles de la moitié inférieure du visage, ne reçoit les fibres cortico-bulbaires que du côté opposé. La plupart des fibres cortico-bulbaires allant au noyau moteur du nerf hypoglosse se croisent également. Les fibres cortico-bulbaires vont aux noyaux somatiques sensibles exclusivement du côté opposé.

Sur cette figure, trois paires de noyaux nerveux oculomoteurs manquent, car elles ne reçoivent pas de fibres cortico-bulbaires droites. Au lieu de cela, ils forment des synapses avec des groupes adjacents de neurones (principalement du côté opposé) appelés centres du regard. Ils sont nécessaires pour assurer des mouvements oculaires amicaux (parallèles des articulations).

Pour une compréhension de base des interactions neuronales dans le tronc cérébral, il est également important d'évaluer la connexion des hémisphères avec le noyau de l'olivier inférieur et le cervelet..

La structure générale de la formation réticulaire est donnée selon l'une des figures dans un article séparé sur le site, dont le contenu peut être trouvé dans le futur.

Une figure distincte montre les principaux composants du faisceau longitudinal médian (MPF). Il traverse tout le tronc cérébral, tandis qu'à différents niveaux, la composition de ses fibres n'est pas la même. Il est utile de se référer à cette figure lors de l'étude de différentes sections du tronc cérébral, qui seront données après la description du segment Cl de la moelle épinière..

Tronc cérébral, vue arrière. L'évolution des fibres cortico-bulbaires provenant du cortex de l'hémisphère droit est représentée. Quatre chiasmes moteurs principaux du tronc cérébral, vue de face.
Les trajets sont numérotés en fonction de leur stimulation séquentielle lors de l'exécution de mouvements volontaires:
(1) cortico-cérébellopontine; (2) denté-thalamo-cortical; (3) corticale et cérébrospinale; (4) olivomocérébelleux. Les liaisons rouge-olive-olive sont également représentées..
P - côté droit; L - côté gauche. La structure de la formation réticulaire. RF - formation réticulaire. Fibres principales du faisceau longitudinal médian (MPF).
PPRF - formation réticulaire pontine paramédienne; RJ - noyau réticulaire;
RSP - voie réticulospinale; VJ - noyau vestibulaire.

a) Recommandations pour l'étude du matériau. La méthode de présentation du contenu de cet article et des articles suivants sur le site est quelque peu différente de la méthode traditionnelle, dans laquelle les diagrammes ou les photographies classés par numéros sont présentés sans aucune marque. Ces articles présentent les caractéristiques suivantes:

1. Diverses voies et noyaux sont mis en évidence et marqués sur le côté qui est principalement associé à l'hémisphère droit.

2. Les noyaux et les voies sont marqués de différentes couleurs (par exemple, les noyaux moteurs et les voies sont marqués en rouge, les sensibles sont en bleu, les connexions avec le cervelet et la formation réticulaire sont vertes).

3. Les repères en combinaison avec la surbrillance de couleur vous permettent d'étudier les systèmes conducteurs individuels lorsqu'ils se déplacent de bas en haut, dans un mode «multi-fenêtres». En raison de la présence de descriptions de diverses sections du tronc cérébral, le cours des voies afférentes peut être étudié au fur et à mesure qu'elles passent des niveaux inférieurs au niveau du thalamus, et le cours des voies efférentes - de haut en bas. Il est à noter qu'après avoir maîtrisé l'organisation «verticale», il convient également d'étudier l'organisation «horizontale», c'est-à-dire souvenez-vous de l'emplacement de certaines structures sur chacune des tranches. D'un point de vue clinique, ceci est important en raison du fait que l'occlusion d'une petite artère qui fournit du sang au tronc cérébral peut endommager la zone de la matière cérébrale qui contient plusieurs noyaux ou voies différents..

Pour faciliter l'orientation dans la disposition des structures de gauche à droite, à côté de chacune des tranches se trouve une copie miniature des images avec la figure ci-dessous.

Remarque: les lecteurs qui ne connaissent pas l'organisation interne du tronc cérébral peuvent être déroutés par la quantité de nouvelles informations qu'ils devront gérer lors de l'examen des coupes. Cependant, nous tenons à assurer au lecteur qu'il rencontrera toujours toutes les informations de ces articles lors de l'étude des articles suivants sur le site. Il est rationnel de voir d'abord toutes les tranches, puis de revenir à chacune d'entre elles lorsque vous étudiez le matériel sur le site..

b) Vue d'ensemble des trois voies du tronc cérébral. La figure ci-dessous montre la voie antérolatérale et la voie lemniscale médiale postéro-latérale, qui ont été décrites dans un article séparé sur le site. Rappelons que dans le premier d'entre eux, les fibres de la voie néospinothalamique (douleur et sensibilité à la température) et de la voie réticulospinale (douleur sourde et douloureuse) passent. Cette voie se termine au niveau des noyaux réticulaires du tronc cérébral, qui forment la voie tegmentale centrale menant aux noyaux intralaminaires du thalamus. Le troisième composant du système antérolatéral est la voie dorsale, dont les fibres se terminent sur les neurones du mésencéphale (au niveau des buttes supérieures du quadruple); cette voie est responsable de la coordination des mouvements de la tête et des yeux.

La voie cortico-spinale, décrite dans un article séparé sur le site Web, est illustrée dans une figure distincte ci-dessous. Il montre également des projections cortico-bulbaires vers les noyaux facial et sublingual..

(A) vues ventrales et (B) dorsales du tronc cérébral, montrant les voies principales.
R - côté droit; L - côté gauche. Voie lemniscale médiale postérieure et voie antérolatérale.
VZJ - noyau postérieur ventral du thalamus. Voie cortico-spinale; deux projections cortico-bulbaires.

Editeur: Iskander Milevski. Date de publication: 17.11.2018

Anatomie des voies de la moelle épinière

Les connexions de fibres myélinisées sont la structure qui compose la substance blanche de la moelle épinière. Ils ont une structure groupée. Chacun de ces composants de fibre est:

  • raccourci (intersegmentaire);
  • allongé, unissant la moelle épinière au cerveau et dans l'ordre inverse.

Un type court de structures fibreuses (associatives) fournit une connexion entre les cellules nerveuses de différentes zones segmentaires ou les cellules nerveuses symétriques des bords inversés de la colonne vertébrale.

À propos des parcours

Les types de fibres longues sont classés en:

  • ceux qui montent, vont à l'organe cérébral;
  • ceux qui descendent, passant des formations cérébrales aux formations vertébrales.

Cette composition de fibres forme les voies de la moelle épinière..

La vue axonale des formations de faisceau est formée près de la substance grise du cerveau par un certain nombre d'éléments de cordon situés:

  • à l'avant, à côté de la face interne des structures cornées antérieures du cerveau;
  • derrière, localisés parmi les éléments cornés postérieurs du type gris de substance cérébrale;
  • sur les côtés, situés latéralement à la région vertébrale entre les éléments radiculaires situés à l'avant et à l'arrière.

Les processus nerveux des nœuds spinaux et de la substance grise vont dans le blanc, puis dans diverses formations de la NS centrale.

Cela crée des voies du cerveau et de la moelle épinière, qui montent et descendent.

À propos des formations de corde

Le type de chemin descendant est situé dans les éléments de la corde antérieure:

  • tractus pyramidal, ou voie corticale antérieure de la moelle épinière, qui n'est pas croisée;
  • avec une disposition longitudinale de la formation de poutre postérieure;
  • type de voie tectospinale, ou tractus tectal de la moelle épinière;
  • vestibulaire ou vestibulospinal.

Le type postérieur de cordons est représenté par les voies ascendantes:

  • formation de faisceaux minces (faisceau de Gaulle);
  • structure de poutre en forme de coin (poutre Burdakh).

La vue latérale des cordons est caractérisée par le fait que les étendues qui montent et descendent y partent.

Les chemins descendants sont constitués de:

  • voie corticale ou pyramidale latérale, qui est croisée;
  • nucléaire rouge ou rubrospinal;
  • réticulaire ou réticulospinal.

Les faisceaux conducteurs ascendants comprennent:

  • thalamique spinal;
  • voies vertébrales conductrices latérales et rachidiennes situées en avant.

Les voies de type propriospinal (associatif) unissent les cellules nerveuses d'une seule ou plusieurs zones vertébrales segmentaires. Leur origine ─ à partir des fibres nerveuses du type gris de la moelle de la région intermédiaire, passent dans le type de matière blanche ou les structures de la moelle antérieure. Ils se terminent dans la moelle grise de la région intermédiaire ou sur les motoneurones des segments neuraux antérieurs d'autres zones segmentaires. Ces liens remplissent une fonction associative, qui consiste à:

  • coordination de l'emplacement du corps du corps;
  • tonus musculaire;
  • activité motrice des métamères du tronc.

Les tractus propriospinaux comprennent une vue commissurale des composants de la fibre qui relie des zones vertébrales fonctionnellement homogènes, asymétriquement et symétriquement.

La vue descendante des tractus unit l'organe cérébral avec des motoneurones ou des fibres nerveuses de type excréteur autonome.

Les voies conductrices descendantes proviennent des fibres nerveuses du cerveau et se terminent dans les segments neuronaux spinaux. Ceux-ci inclus:

  • colonne vertébrale corticale droite (antérieure) et latérale (croisée) (à partir des fibres nerveuses pyramidales et de la zone corticale extrapyramidale, qui fournissent des mouvements volontaires);
  • chemin de conduction nucléaire rouge;
  • vestibulospinal;
  • types de voies réticulospinales qui régulent le tonus musculaire.

Tous les tractus conducteurs décrits sont unis par le fait que les neurones moteurs antérieurs sont considérés comme leur point final. La voie pyramidale se termine sur les fibres nerveuses motrices, un autre type de tractus se termine principalement sur les cellules nerveuses intermédiaires.

Latérale et droite forment une voie pyramidale. Latéral provient des fibres nerveuses du cortex cérébral. Le long du niveau de la moelle allongée, il se dirige vers le bord opposé avec la formation d'une croix. Puis descend le long de l'autre bord de la moelle épinière.

La structure droite du faisceau de la voie de conduction descend jusqu'à sa zone segmentaire, va aux fibres nerveuses motrices de l'autre bord. Il en découle que le système pyramidal est considéré comme traversé.

Le type spinal rouge-nucléaire de la voie se compose des noyaux rouges des processus nerveux. Ces structures axonales, après avoir quitté la zone nucléaire, se dirigent vers le bord symétrique, sont divisées en 3 éléments de poutre. Le premier va à la moelle épinière, le second à la région cérébelleuse. Ce dernier va à la formation réticulaire du tronc cérébral. Les fibres nerveuses à partir de ce système vasculaire contrôlent le tonus musculaire.

La voie de type rubroréticulaire avec la voie rubromocérébelleuse réalise l'activité de coordination des cellules nerveuses du nerf pyramidal cérébelleuses, organisant l'activité motrice volontaire.

Le tractus de conduction vestibulospinal provient des cellules nerveuses du noyau vestibulaire situé latéralement, qui se trouve dans la moelle allongée. Il affecte l'activité des neurones moteurs spinaux responsables de:

  • l'état du tonus musculaire;
  • la coordination des mouvements;
  • coordination.

La voie réticulospinale passe de la structure cérébrale de la formation réticulaire aux motoneurones, le tonus musculaire est régulé par la formation réticulaire à travers la moelle épinière.

La destruction du système conducteur entraînera une pathologie du complexe moteur et sensoriel sous la zone endommagée.

En traversant le système pyramidal en dessous de la section, cela provoquera un état musculaire hypertonique (les motoneurones spinaux sont libérés de l'effet inhibiteur des structures cellulaires pyramidales de la zone corticale) et, par conséquent, une paralysie spastique.

Lorsque les tractus responsables de la sensibilité sont traversés, il y a une perte complète de muscle, de douleur et d'autres types de sensibilité sous la région vertébrale coupée.

Les voies ascendantes relient les zones vertébrale et cérébrale. Ils se composent de:

  • voies responsables du type de sensibilité proprioceptive;
  • tractus thalamique;
  • rachis cérébelleux et réticulaire.

Ils transmettent également des données à l'organe cérébral sur les influences proprio, intéro, irritantes extéro-réceptives.

La voie proprioceptive de forme mince avec un faisceau en forme de coin provient des éléments récepteurs responsables de la sensibilité profonde des muscles, des fibres tendineuses, du périoste, des membranes articulaires. À partir des nœuds qui collectent des données sur les parties caudales du corps, la zone pelvienne, les jambes, une formation de faisceau mince commence.

Une structure de faisceau en forme de coin commence à partir des nœuds qui collectent des données à partir des fibres musculaires de la poitrine, des bras. Du nœud nerveux rachidien, les axones passent aux racines spinales postérieures, à la substance blanche des structures de la moelle postérieure, s'élèvent jusqu'au noyau fin en forme de coin de la moelle allongée. Ici, la transition initiale vers une nouvelle cellule nerveuse est effectuée, puis le chemin passe aux noyaux thalamiques situés latéralement de l'autre hémisphère cérébral. Ensuite, il y a un passage à une nouvelle cellule nerveuse, c'est-à-dire que le prochain changement commence. De la zone thalamique, le chemin monte vers les cellules nerveuses de la quatrième couche de la région somatosensorielle du cortex. Les structures fibreuses de ces tractus reculent les collatérales dans chaque région vertébrale pour corriger la position de tout le corps. La vitesse à laquelle l'excitation est effectuée le long des structures fibreuses de ce chemin est de 65 à 100 m / s.

Le tractus thalamique spinal est la voie principale des sensibilités cutanées. Il provient de récepteurs responsables:

  • douleur;
  • tactilité;
  • sensibilité à la température, y compris les barorécepteurs.

Les signaux des formations de récepteurs cutanés vont au ganglion spinal. Puis à travers la structure radiculaire postérieure jusqu'à la zone vertébrale postérieure (au premier interrupteur). La rangée sensorielle de cellules nerveuses postérieures envoie des processus nerveux à un bord de la colonne vertébrale différent, effectue une ascension le long de la formation de la moelle latérale jusqu'au thalamus. La vitesse à laquelle le signal est transmis à travers eux est comprise entre 1 et 30 m / s (avec la deuxième commutation), puis de cette partie vers la région sensorielle du cortex cérébral. Certaines fibres des récepteurs cutanés se dirigent vers le thalamus le long de la structure spinale de la moelle antérieure..

Les types de voies vertébrales-cérébelleuses sont situées dans les éléments spinaux de la moelle latérale, ont un tractus antérieur, spinal-cérébelleux et un tractus spinal-cérébelleux postérieur à double croisement. Il en découle que toutes les voies du genre spinal-cérébelleux proviennent du côté gauche du corps et se terminent dans le lobe cérébelleux gauche. De plus, les données de votre partie du corps parviennent au lobe cérébelleux droit. Ces données proviennent du genre tendineux des formations des récepteurs de Golgi, des structures tactiles, ainsi que des propriocepteurs, des barorécepteurs. La vitesse à laquelle le signal est transmis le long de ces trajets varie de 110 à 120 m / s.

Anatomie générale et schémas structurels des voies du cerveau et de la moelle épinière

Système nerveux. Contrôle express des conférences sur le sujet: Anatomie générale et schémas de la structure des voies du cerveau et de la moelle épinière.

1. Quelles sont les voies? Donner 3 définitions

Voies:

  • C'est un complexe de fibres nerveuses morphologiquement isolées et fonctionnellement homogènes.
  • C'est une forme de connexion de la périphérie du centre + entre différents centres.
  • Il s'agit d'une chaîne de neurones fonctionnellement sans ambiguïté - ils sont constitués non seulement de matière blanche, mais également de gris. Si nous divisons l'arc réflexe, alors cette définition est obtenue.

2. Sur quels chemins sont divisés par: direction, fonction, longueur, localisation et importance?

  1. Vers :
    • En amont,
    • Descendant;
  2. Par fonction:
    • Sensible - des impulsions se forment dans les récepteurs. Ces voies sont formées par des neurones sensoriels et intercalaires..
    • Moteur - les impulsions vont aux organes exécutifs (aux muscles).
  3. Par longueur:
    • Court - localisé dans un département du système nerveux central ou entre des départements adjacents.
    • Long - connecter des parties éloignées du système nerveux central.
  4. Par localisation:
    • Associatif - dans un hémisphère.
    • Commissural - reliez les deux hémisphères.
    • Projection - connectez les hémisphères avec d'autres départements du GM.
  5. Par importance:
    • Basique - à l'intérieur du système nerveux central.
    • Rond-point - en dehors du système nerveux central. Ils passent à travers la coquille du GM et du CM, à travers les navires. Conduire les sens de gravité et de vibration.

3. Combien de neurones sont les voies sensibles qui suivent le cortex? Où se trouve le corps de chacun d'eux?

Toutes les voies sensorielles vers le cortex sont constituées de trois neurones:

  • Le corps du premier neurone - dans les nœuds sensoriels du CM et du GM.
  • Le corps du deuxième neurone - dans les noyaux sensibles du CM ou le tronc du GM (noyaux fins et en forme de coin, tous les noyaux sensibles du CN).
  • Le corps du troisième neurone est dans les centres sous-corticaux (analyse préliminaire des informations + ce sont les dernières instances sous le cortex).

4. Topographie des voies sensibles dans la moelle épinière, dans le tronc (qui comprend), dans la capsule interne. Les axones dont les neurones se croisent?

Voies sensibles:

  • Dans la moelle épinière, il court dans la moelle postérieure et le long de la périphérie de la moelle latérale. Le processus central du neurone pseudo-unipolaire I va au CM (via la racine du CMN).
  • Dans le coffre du MJ - va dorsalement (dans le cadre de la boucle médiale).
  • Dans la capsule intérieure - va à l'arrière de la jambe arrière.
  • Les axones des seconds neurones font un crossover complet.

5. Vers quelles structures de la moelle épinière et des collatéraux du tronc s'écartent de toutes les voies sensibles?

Les garanties partent de toutes les voies sensibles vers le CM et le tronc GM:

  • Formation réticulaire,
  • Système limbique,
  • Cervelet.

6. De combien de neurones se composent toutes les voies motrices et où se trouvent leurs corps??

Toutes les voies motrices sont à deux neurones.

Selon la localisation des corps des neurones I, les voies motrices sont divisées en:

  • voies pyramidales (corps - dans la 5ème couche du cortex cérébral),
  • voies extrapyramidales (corps - dans les noyaux extrapyramidaux du tronc):
    • Noyaux rouges,
    • Les noyaux des buttes du quadruple,
    • Les noyaux de la formation réticulaire,
    • Noyau vestibulaire latéral de la paire VIII de nerfs crâniens (noyau de Deiters),
    • Noyau d'olive.

Corps du neurone II:

  • Noyaux moteurs des cornes antérieures du CM,
  • Noyaux moteurs du CN,
  • Propres noyaux de pont.

7. Où se trouvent les voies motrices de la capsule interne du tronc et de la moelle épinière? Axones de quels neurones traversent-ils?

  • Dans la capsule interne - l'arrière de la jambe avant, le genou, l'avant de la jambe arrière.
  • Dans le coffre du GM - ventralement.
  • En CM - cordon antérieur et centre du cordon latéral.
  • Les axones des premiers neurones se croisent.

8. Quel est le centre afférent du système extrapyramidal? Quelles structures sont les centres efférents du système extrapyramidal?

  • Centre afférent du système extrapyramidal - thalamus.
  • Centres efférents du système extrapyramidal:
    • Cervelet,
    • Noyaux basaux,
    • Noyaux de Diencephalon,
    • Matière noire,
    • Formation réticulaire,
    • Les noyaux des buttes du quadruple,
    • Noyaux vestibulaires latéraux de la paire VIII,
    • Noyaux d'olive.

9. Quels centres efférents du système extrapyramidal ont une connexion directe avec la moelle épinière? Nommez leurs chemins

  1. Noyau rouge (tractus RubroSpinalis),
  2. Les noyaux des tubercules du quadruple (tractus TectoSpinalis),
  3. Noyaux moteurs de la Fédération de Russie (tractus ReticuloSpinalis),
  4. Noyaux vestibulaires latéraux (tractus VestibuloSpinalis),
  5. Amandes d'olive (tractus OlivoSpinalis).

10. Quels centres efférents du système extrapyramidal n'ont pas de connexions directes avec la moelle épinière? À travers quel noyau et de quelle manière agissent-ils sur la moelle épinière?

Centres efférents du système extrapyramidal n'ayant aucun lien avec le SM:

  1. Cervelet,
  2. Noyaux basaux,
  3. Noyaux de Diencephalon,
  4. Matière noire.

Toutes ces formations agissent sur le SM à travers des noyaux rouges (tracrus RubroSpinalis).

11. Où se termine la voie corticonucléaire? (Liste des noyaux). Décrivez ce chemin

Tractus CorticoNuclearis va du cortex aux noyaux moteurs du CN:

  1. Nucleus nervi oculomotorius (3 paires),
  2. Nucleus nervi trochlearis (4 paires),
  3. Nucleus motorius nervi trigemini (5 paires),
  4. Nucleus abducens (6 paires),
  5. Nucleus nervi facialis (7 paires),
  6. Nucleus ambigus (9,10 paires),
  7. Nucleus accessorius (11 paires),
  8. Nucleus nervi hypoglossi (12 paires).

Ce chemin se dirige vers les noyaux moteurs du CN et effectue un croisement partiel. Une exception est les axones allant à la moitié inférieure du noyau de la paire VII, ainsi qu'au noyau de la paire XII (ici - une croix complète).

Il Est Important De Savoir Sur La Goutte