La douleur est une réaction protectrice du corps face à des facteurs indésirables externes ou internes. De cette manière, il signale un dysfonctionnement dans l'un des systèmes de la vie humaine. Les douleurs articulaires peuvent indiquer le développement de pathologies du système musculo-squelettique - arthrite, arthrose, ostéoporose. L'inconfort dans les muscles devient souvent un signe de surmenage ou de blessure, mais souvent aussi des symptômes d'une maladie progressivement progressive. La douleur peut être vive, coupante, douloureuse et même rongeante. Et aussi errant, surgissant pendant la journée dans diverses parties du corps. Ces douleurs volatiles en l'absence de symptômes objectifs de lésions articulaires sont appelées arthralgies..

Caractéristiques caractéristiques de l'arthralgie

Il est important de savoir! Les médecins sont choqués: "Il existe un remède efficace et abordable contre les douleurs articulaires." En savoir plus.

Une douleur errante dans les articulations et les muscles est due à une irritation ou à une compression des terminaisons nerveuses sensibles. Une exception est le cartilage hyalin des articulations, dans lequel il n'y a pas de fibres nerveuses. La cause de l'irritation des neurorécepteurs est un trouble circulatoire ou un spasme des muscles striés situés dans n'importe quelle partie du corps. L'arthralgie est diagnostiquée chez des patients se plaignant de douleurs récurrentes en l'absence de signes objectifs de lésions inflammatoires ou dégénératives-dystrophiques des articulations et des muscles. Dans ce cas, il est considéré comme une pathologie indépendante..

Par quelles manifestations cliniques caractéristiques l'arthralgie peut-elle être distinguée de la douleur due au surmenage:

  • la douleur est localisée dans l'articulation, ne rayonne pas vers d'autres parties du corps situées à proximité;
  • les douleurs sont asymétriques, ne surviennent que dans une articulation;
  • la nature des douleurs qui apparaissent périodiquement dans une articulation, instables: douloureuses, coupantes, vives;
  • la douleur ne dérange pas une personne au même moment de la journée - elle peut apparaître à la fois le matin et le soir;
  • le syndrome douloureux persiste pendant une longue période, généralement plus de 3 mois.

Parfois, les parents amènent de jeunes enfants à un rendez-vous avec un vertébrologue, un rhumatologue, un orthopédiste, qui se plaignent constamment de douleurs errantes. Dans la plupart des cas, toute la famille a besoin d'une consultation d'un psychologue. Les enfants souffrant d'un manque d'attention parentale s'inventent des maladies en copiant le comportement de l'un des adultes.

L'arthralgie ne s'accompagne pas des principaux symptômes des pathologies articulaires - douleur, aggravée par la marche, gonflement des articulations le matin et raideur des mouvements.

Un facteur alarmant est leur combinaison avec des signes d'intoxication générale du corps (fièvre), des éruptions cutanées, une perte de poids avec préservation ou manque d'appétit. Une telle combinaison de manifestations cliniques peut indiquer des maladies articulaires auto-immunes, le développement de l'arthrose et un cancer formé. Entre l'apparition des premières douleurs errantes et le diagnostic de pathologie sévère, il faut de une à plusieurs années.

Arthralgie précédant l'arthrose

L'apparition de douleurs errantes est souvent un symptôme redoutable du stade initial des modifications destructives et dégénératives des tissus cartilagineux. Quelques années plus tard, une personne reçoit un diagnostic d'arthrose, ou pathologie dystrophique des articulations. À son stade final, le patient perd sa capacité de travail et devient invalide. Les douleurs errantes précèdent le développement d'autres pathologies articulaires. Il vaut la peine de se méfier si une arthralgie est survenue après une exposition à l'organisme de tels facteurs provoquant le développement de nombreuses maladies:

  • infections respiratoires, intestinales, vénériennes aiguës ou chroniques;
  • blessures - fractures, luxations, subluxations, ruptures musculaires, lésions de l'appareil ligamento-tendineux;
  • stress excessif pendant l'entraînement sportif ou les activités professionnelles;
  • cours de prise de médicaments hormonaux, antibiotiques, cytostatiques;
  • stress fréquent, dépression;
  • pathologies associées à des troubles métaboliques;
  • dysplasie des structures du tissu conjonctif ou hypermobilité articulaire (troubles de la formation du collagène).

Lors de l'apparition de douleurs errantes, un diagnostic s'impose d'urgence pour les patients prédisposés héréditairement au développement de pathologies articulaires ou musculaires chroniques sévères.

L'arthralgie aux premiers stades de l'ostéoporose ou de la goutte ne s'accompagne pas d'autres symptômes. Ils apparaissent progressivement sur plusieurs années. Le matin, les articulations gonflent et la raideur des mouvements se fait sentir. L'arthrite migratoire (errante) est également courante. Il se déroule dans le contexte d'un processus inflammatoire lent, conduisant à la destruction du cartilage hyalin. Avec son exacerbation ou le développement d'une synovite, des symptômes d'intoxication générale du corps apparaissent - forte fièvre, troubles gastro-intestinaux, faiblesse, somnolence, fatigue rapide.

Des douleurs articulaires errantes en l'absence d'intervention médicale peuvent provoquer un syndrome de nécrose avasculaire. Une personne a le sentiment qu'il y a un objet étranger dans la cavité articulaire. Les médecins appellent ce sentiment "souris articulaire". Il apparaît en raison du déplacement de cartilage hyalin mort dans la cavité articulaire.

Polyarthrite rhumatoïde errante

La polyarthrite rhumatoïde est une pathologie récurrente auto-immune, que les médecins n'ont pas été en mesure de guérir complètement. Parfois, il se manifeste par des douleurs errantes qui surviennent dans l'une ou l'autre articulation. La polyarthrite rhumatoïde affecte plusieurs articulations du système musculo-squelettique. Les principaux symptômes de la pathologie sévère:

  • raideur des mouvements;
  • déformation progressive des articulations. Tout d'abord, les plus grandes articulations, généralement les articulations du genou et de la hanche, sont détruites, puis des douleurs surviennent dans les coudes, les épaules et les pieds.

Pour la polyarthrite rhumatoïde errante, un changement de rémission et de rechute est caractéristique. Avec son exacerbation, une personne souffre de douleur aiguë, d'hyperthermie, de rougeur, de gonflement de la peau sur l'articulation endommagée. Au stade de la rémission, l'intensité des douleurs errantes diminue et parfois elles sont totalement absentes. La maladie est difficile à traiter et entraîne très souvent un handicap. La difficulté de la thérapie réside dans sa polyétiologie. Les raisons du développement de l'arthrite errante ne sont pas entièrement comprises..

Il a été constaté que les streptocoques du groupe A, les agents responsables de l'infection d'amygdalite aiguë, peuvent provoquer l'apparition de la maladie. Les déchets qu'ils libèrent sont toxiques. Avec un système immunitaire affaibli ou une prédisposition du corps, la probabilité de développer cette forme d'arthrite augmente considérablement.

La fibromyalgie

Même les problèmes articulaires «négligés» peuvent être guéris à la maison! N'oubliez pas de l'enduire une fois par jour..

Les douleurs errantes surviennent non seulement dans les articulations, mais également dans les muscles. C'est ainsi que se manifeste la fibromyalgie, ou syndrome de douleur chronique. Une douleur diffuse est ressentie dans les muscles de différentes localisations, accompagnée d'une fatigue accrue, d'une dépression, d'une insomnie ou d'une somnolence. La fibromyalgie est diagnostiquée chez 4% des patients qui se présentent aux médecins pour se plaindre de douleurs errantes, principalement des femmes. Les gens décrivent ses principales manifestations cliniques comme suit: «on a le sentiment que tout le corps fait mal» et «le matin, il est impossible de sortir du lit à cause de la fatigue». La plupart des médecins considèrent la fibromyalgie non comme une pathologie, mais seulement comme un syndrome distinct..

Sa pathogenèse est basée sur une excitation constante des terminaisons nerveuses sensibles des cornes postérieures de la moelle épinière. La fibromyalgie provoque:

  • syndrome de la douleur périphérique. À la suite d'une blessure, d'une compression des nerfs ou de leur inflammation, des impulsions de douleur sont constamment générées;
  • infections. L'inflammation et l'irritation des terminaisons nerveuses accompagnent souvent la mononucléose infectieuse, l'herpès de tout type, la borréliose;
  • stress. L'apparition de la fibromyalgie est causée par le séjour prolongé d'une personne en état de stress. Les personnes qui subissent un stress ordinaire aigu sont prédisposées au développement d'un syndrome chronique;
  • blessure. Si la douleur des luxations, des fractures, des ruptures ligamentaires provoque du stress et des expériences difficiles, le risque de développer une fibromyalgie est considérablement augmenté;
  • changements dans les niveaux hormonaux. Les douleurs errantes sont souvent causées par des troubles de la glande thyroïde;
  • vaccination ou administration de produits pharmaceutiques. Sous l'influence de ces facteurs, les processus de neurotransmetteurs qui forment la perception de la douleur peuvent être perturbés..

Un stress fréquent affecte négativement l'état d'immunité. Lorsqu'elle diminue, le corps commence à attaquer les virus et les bactéries pathogènes, y compris ceux d'une biocénose conditionnellement pathogène. Pour les détruire, une énorme quantité d'anticorps produits par le système immunitaire sont constamment jetés dans la circulation systémique. À un certain stade, un échec se produit - les immunoglobulines attaquent les propres cellules du corps, qui constituent les muscles, les ligaments et les tendons. Des douleurs errantes à court terme se produisent - le principal symptôme de la fibromyalgie.

Au cours d'un certain nombre d'études en laboratoire, il a été constaté que les personnes ayant de faibles niveaux de sérotonine, l'hormone de la joie, souffrent souvent de fibromyalgie. Cela explique l'identification des états dépressifs chez eux, et parfois des troubles neurologiques. Une partie importante du traitement consiste à éliminer le déficit en neurotransmetteurs.

Traitement

Si, au cours du diagnostic, aucune cause pathologique de douleur errante dans les articulations n'a été établie, le traitement vise uniquement à les éliminer. Les médicaments de premier choix sont les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), avec les ingrédients actifs suivants:

  • nimésulide;
  • le kétoprofène;
  • ketorolac;
  • méloxicam;
  • le diclofénac;
  • ibuprofène.

Les médicaments ne sont pas destinés à une utilisation à long terme. Ils sont caractérisés par un effet secondaire systémique prononcé - des lésions de la muqueuse gastrique. L'association d'AINS et d'inhibiteurs de la pompe à protons (oméprazole, rabéprazole, esoméprazole), qui réduisent la sécrétion d'acide chlorhydrique, contribue à minimiser l'ulcération. En cas de douleurs vagabondes légères et rares, il est conseillé d'utiliser des AINS sous forme de formes posologiques pour application locale sur les articulations - ce sont les gels Fastum et Voltaren, les onguents d'indométacine et d'ibuprofène..

Préparations pour l'élimination de la douleur erranteNoms des médicaments
ArthralgieAnti-inflammatoires non stéroïdiens (Nise, Ortofen, Ketorol, Nurofen, Celecoxib), chondroprotecteurs (Structum, Dona, Teraflex, Glucosamine, Chondroïtine), onguents avec AINS (Artrozilen, Diklak, Finalgel, Fastum, Voltaren, Voltaren, Voltaren
La fibromyalgiePerfusion de lidocaïne, analgésiques centraux (tramadol), anti-inflammatoires non stéroïdiens, anticonvulsivants avec prégabaline, antidépresseurs (venlafaxine, duloxétine, amitriptyline)

Un rhumatologue s'occupe du traitement du syndrome douloureux accompagnant l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et réactive. En plus des médicaments à effet analgésique, des glucocorticostéroïdes, des relaxants musculaires et des médicaments pour améliorer la circulation sanguine dans les articulations sont utilisés en thérapie. Il est recommandé aux patients de prendre des chondroprotecteurs qui ralentissent la progression des pathologies. Et une partie importante du traitement de la fibromyalgie est la stabilisation de l'état psychologique du patient. Quelle est la thérapie:

  • consultations avec un psychothérapeute et (ou) un psychologue;
  • l'utilisation d'antidépresseurs (Venlafaxine, Duloxetine, Amitriptyline). Les médicaments améliorent l'humeur, normalisent le sommeil, éliminent l'instabilité psycho-émotionnelle;
  • prendre des anticonvulsivants (prégabaline). Les symptômes de la douleur diminuent, l'humeur s'améliore. Inconvénients - dépendance douloureuse rapide, syndrome de sevrage.

Pour améliorer l'effet thérapeutique des préparations pharmacologiques, les patients sont recommandés des procédures physiothérapeutiques, des massages, des applications avec de la paraffine, de l'ozokérite. Dans le traitement de la fibromyalgie, l'acupuncture et l'hypnothérapie sont utilisées. Classes de gymnastique médicale ou d'éducation physique nécessairement désignées. Un entraînement régulier aide à améliorer la circulation sanguine, à augmenter le tonus corporel.

Des douleurs errantes peuvent indiquer des lésions articulaires avec une pathologie inflammatoire ou dégénérative-dystrophique. Les rhumatologues recommandent de consulter immédiatement un médecin. Un traitement opportun évitera la progression de la maladie et l'apparition de complications graves.

La colonne vertébrale fait mal - causes, symptômes et traitement

La colonne vertébrale fait mal - les principaux signes

L'inconfort dans la colonne vertébrale peut être à la fois mineur et important. Les sensations désagréables dépendent de la gravité de l'état du patient, du diagnostic, du stade de la pathologie et des facteurs individuels, y compris la tolérance à la douleur.

Quels types de douleur sont les plus courants, pourquoi la douleur vertébrale survient-elle:

  1. Inconfort non spécifique dans les maladies de la colonne vertébrale - comprend un certain nombre de facteurs, y compris des lésions musculaires temporaires associées à des facteurs défavorables et faiblement irritants. Les exemples sont une position assise prolongée dans une posture antalgique (inconfortable), une tension musculaire associée à un effort physique excessif. En outre, l'inconfort non spécifique comprend des facteurs indésirables, notamment l'hypothermie et l'inflammation musculaire (myosite).
  2. Les douleurs irradiantes ou réfléchies sont moins fréquentes, mais surviennent également périodiquement dans la pratique médicale. Des exemples sont la douleur dans d'autres organes proches du dos. Il n'est pas rare que certaines femmes éprouvent des douleurs de tiraillement au cours de la période précédant les menstruations. Cela est dû à l'activité contractile de l'utérus. Parfois, les muscles du dos dans la région thoracique sont douloureux avec une gêne à l'estomac. Certains types de crises cardiaques provoquent un engourdissement, un lumbago et des douleurs dans les membres..
  3. Dommages mécaniques. Sont directement liés à une blessure. Cette liste comprend les ecchymoses, les entorses et les fractures. Dans ce cas, la douleur sera aiguë, sans irradiation. L'inconfort est généralement causé par une inflammation sévère due à une blessure. Une autre option pour l'inconfort mécanique est la radiculite, l'ostéochondrose, la hernie ou la protrusion. Ces facteurs sont associés à des changements dégénératifs de la colonne vertébrale..

Si vous faites un classement général, cela ressemble à ceci. En fonction de l'apparition d'une maladie spécifique, les symptômes de la maladie de la colonne vertébrale acquièrent des signes spécifiques qui sont différents des autres maux.

Quels sont les symptômes

La douleur a diverses manifestations et dépend de la force de la manifestation, de la fréquence des crises et d'autres facteurs importants, y compris les symptômes suivants de douleur dans la colonne vertébrale:

  1. Par la nature des sensations - douleur aiguë, terne, brûlante, douloureuse, piquante, coupante ou tirante dans le dos, le devant, la gauche ou la droite.
  2. Le degré de manifestation de la force est faible, modéré, fort, insupportable. Il est également important de prendre en compte le diagnostic et les valeurs individuelles du seuil de douleur pour chaque personne. Au cours de l'évolution chronique de la maladie, l'inconfort sera moins prononcé que pendant la période d'exacerbation.
  3. Douleur localisée ou étendue. Lorsqu'un patient a une douleur dans tout le dos et qu'il ne peut pas identifier un point douloureux spécifique, il s'agit d'une complication rare. Avec des complications dégénératives du système musculo-squelettique, le patient est généralement capable de pointer vers un point douloureux.
  4. Si la douleur survient dans une partie du dos et irradie vers une autre, un tel inconfort s'appelle l'errance. Cela n'a rien à voir avec l'irradiation, car la douleur dans les organes voisins n'est pas ressentie.
  5. Si le mal de dos est sévère et aggrave périodiquement la qualité de vie du patient, interférant avec les activités quotidiennes, le pronostic du traitement de ce type de syndrome douloureux peut être positif. Habituellement, la douleur paroxystique ne dure pas constamment, mais survient parfois lors d'exacerbations. Il est plus facile de traiter et d'arrêter un tel inconfort à l'avance en modifiant son mode de vie afin de ne pas conduire à des exacerbations. Les douleurs sourdes à faible intensité sont plus difficiles à traiter, elles sont légères, mais elles sont ressenties tout le temps, il faut donc faire plus d'efforts pour soulager un tel inconfort.

Parfois, la force de la douleur et le caractère peuvent différer en fonction de l'emplacement dans le dos. Par exemple, dans la colonne cervicale, des sensations de tiraillement et désagréables sont plus souvent ressenties, lorsqu'un inconfort aigu peut survenir dans le bas du dos. Vous trouverez ci-dessous quelques maladies du dos courantes et leurs symptômes..

Ostéochondrose

Avec l'ostéochondrose, le mal de dos survient dans n'importe quelle partie de la colonne vertébrale - cervicale, thoracique ou lombaire. Parmi toutes les lésions du système musculo-squelettique, l'ostéochondrose se développe le plus souvent dans la crête. Le processus dégénératif est la destruction du tissu cartilagineux de l'articulation, qui affecte les vertèbres. En raison de l'amincissement de la plaque cartilagineuse, la distance entre eux est réduite. À l'avenir, sans thérapie, cela se traduit par l'apparition d'une hernie de la colonne vertébrale..

Avec l'ostéochondrose, le patient peut ressentir au stade initial une douleur légère et périodiquement lancinante. Au fil du temps, ils s'intensifient et deviennent permanents, plus forts, même pendant la journée. Le patient souffre même au repos, et le mouvement et une activité physique minimale entraînent de graves tourments. Le processus dégénératif ne peut pas être arrêté, mais il peut être ralenti en utilisant une approche intégrée du traitement. Si la douleur survient au-dessus du bas du dos, cela indique une lésion de la région thoracique..

Utilisé à partir de médicaments - relaxants musculaires, AINS, chondroprotecteurs, suppléments vitaminiques. Il est utile d'assister à des cours de massage, de pratiquer une thérapie physique quotidienne et de faire de la gymnastique légère pour améliorer la circulation sanguine dans le corps.

Myosite

Cette maladie est caractérisée par la présence d'un processus inflammatoire dans le tissu musculaire. Le dos est le plus souvent touché. Le tableau clinique lors du diagnostic et de la collecte de l'anamnèse - la myosite est accompagnée d'une douleur vive et douloureuse et accompagnée d'un lumbago. Habituellement, l'inconfort est localisé dans une zone. Moins fréquemment, l'inconfort migre vers les groupes musculaires adjacents ou l'irradiation. Un patient atteint de myosite a besoin d'un mode de vie économe. Vous ne pouvez pas attraper un rhume, vous devez vous habiller chaudement. En outre, les AINS, les onguents chauffants, aident à lutter contre l'inflammation musculaire..

Hernie ou protrusion

Lorsqu'une protrusion ou une hernie intervertébrale apparaît, des symptômes distinctifs spécifiques apparaissent, selon lesquels ces problèmes peuvent être suspectés. Au début, il y a une douleur douloureuse dans la partie de la colonne vertébrale où il y a une saillie du disque ou une rupture de l'anneau fibreux. La douleur est sourde, elle augmente avec le temps. La raideur du dos est ressentie le matin et les onguents chauffants améliorent souvent temporairement la mobilité. Une protrusion ou une hernie survient le plus souvent dans la colonne lombaire.

Lorsque les racines nerveuses de la moelle épinière sont pincées, la personne ressent des douleurs lancinantes qui irradient vers le bras, la jambe, la fesse, le cou ou l'omoplate. Souvent, des paresthésies (contractions) dans les doigts peuvent être observées, ce qui indique une violation de l'innervation due à la compression du canal rachidien du bas du dos. Les protubérances et les hernies surviennent avec l'âge en raison d'une mauvaise posture, d'un effort physique excessif, en raison de soulever des objets lourds.

L'inactivité physique est un facteur aggravant. En raison d'un mode de vie sédentaire, les muscles du dos perdent leur tonus, ce qui augmente la charge sur la colonne vertébrale. En conséquence, les disques intervertébraux ne peuvent pas résister et leur contenu interne se gonfle. Ceci est une hernie. Protrusion - l'état précédent.

Ils traitent ces maladies de manière complexe, en prescrivant des médicaments - AINS, analgésiques, antispasmodiques, vitamines B, relaxants musculaires. Pendant la période de rééducation, la thérapie par l'exercice et la physiothérapie sont indiquées. Si la hernie a des complications, la chirurgie est indiquée.

Spondylarthrite ou spondylarthrite ankylosante

Cette condition est caractérisée par l'apparition de changements dégénératifs dans le cartilage et le tissu osseux de la colonne vertébrale. Au début, le cartilage de l'articulation est détruit et, au début, une personne ne ressent pas de changements négatifs dans le système musculo-squelettique. Lorsque le tissu cartilagineux devient très mince, des processus dégénératifs se produisent dans le tissu osseux. Cette situation provoque un processus inflammatoire et une douleur intense et atroce, quelle que soit la position du corps. Au fur et à mesure que la pathologie progresse, le tissu osseux est remplacé par des excroissances près des os - les ostéophytes. Ces excroissances provoquent une sensation de raideur et une mobilité réduite du dos, une douleur vive lors des déplacements. La zone des articulations iliaques, les gros éléments articulaires sont le plus souvent touchés.

Dans ce cas, la chirurgie est indiquée. Aux premiers stades de la maladie, des onguents chauffants, des anesthésiques et des préparations vitaminées sont prescrits. La thérapie conservatrice vise à soulager la douleur et à normaliser l'activité motrice du corps. Les agents chauffants améliorent la circulation sanguine dans la zone touchée, ce qui permet temporairement au patient de se sentir mieux. La maladie est incurable, il y a une destruction progressive du tissu osseux. Causes d'apparition - traumatisme, pathologies congénitales de la colonne vertébrale, hérédité.

Lésions osseuses et du tissu conjonctif

En cas de blessure, les muscles et les ligaments peuvent en souffrir. Les fractures et fissures sont également ce type de blessure, provoquant des maux de dos. Si le patient a reçu une légère ecchymose ou une entorse, dans la plupart des cas, un traitement n'est pas nécessaire. Les blessures mineures et les tensions musculaires mineures disparaissent en 2-3 semaines, à condition de se reposer complètement et sans prise de médicaments. Une douleur mineure peut survenir sur le site de la blessure, mais à l'extérieur, la blessure n'apparaît pas.

Les dommages de degré moyen sont caractérisés par l'apparition de certains signes - un gonflement, une inflammation et des ecchymoses possibles se produisent sur le site de la blessure. Les déchirures musculaires ou ligamentaires sont des exemples de blessures. Dans une telle situation, un rétablissement complet est possible en quelques mois. La période aiguë s'accompagne de douleurs intenses et de gémissements au début, même au repos. Sous réserve du repos au lit et de l'utilisation de médicaments, la condition revient rapidement à la normale.

Pendant la période de récupération, vous devez renforcer la zone endommagée à l'aide de la thérapie par l'exercice, de la physiothérapie et du massage. Les médicaments recommandés pour la période aiguë sont la pommade rafraîchissante, les AINS, les analgésiques. Les médicaments utilisés pendant la période de rééducation sont des relaxants musculaires, des pommades chauffantes, des vitamines du groupe B.Si la blessure a été reçue pendant un effort physique, ils doivent être commencés avec précaution et progressivement, avec l'autorisation du médecin traitant..

En cas de blessure grave, une immobilisation à long terme de la zone endommagée est nécessaire. Un exemple est les fractures, les fissures, les ruptures ligamentaires. La période de récupération après avoir subi des blessures graves prend environ six mois. Si l'articulation est gravement endommagée, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Utilisez les mêmes médicaments que pour les blessures modérées. Après le retrait du plâtre ou la fusion de ligaments déchirés, le patient doit consulter un thérapeute en rééducation. Le spécialiste effectue, avec le patient, des exercices spéciaux visant à rétablir le schéma de mouvement correct.

Scoliose et cyphose

Ces conditions sont associées à la courbure de la colonne vertébrale lors d'un séjour prolongé dans les mauvaises postures antalgiques. Avec une courbure de la colonne vertébrale, cela fait mal là où la déformation s'est produite, y compris la région lombaire et au-dessus. Les conditions préalables à l'apparition de ces maladies apparaissent depuis l'enfance, lorsque l'enfant ne veut pas s'asseoir correctement à la table à l'école. Dans la scoliose, la courbure est de type C et S. Dans le premier cas, la colonne vertébrale est pliée vers la droite ou vers la gauche d'un côté, près de la région lombaire ou thoracique. Dans le second cas, une douleur et une distorsion sont observées des deux côtés..

La cyphose est caractérisée par la disparition de la courbure naturelle de la crête dans la région lombaire. En outre, la région thoracique est incurvée, ce qui se manifeste par une douleur intense dans une situation négligée. Il est recommandé de consulter un médecin afin que la thérapie par l'exercice soit prescrite pour le traitement du processus pathologique, la tension musculaire est soulagée et la bonne assise est enseignée. La règle principale du traitement est de maintenir une posture correcte. Vous aurez également besoin d'un traitement médicamenteux..

Causes des maux de dos non liés à des problèmes de colonne vertébrale

Si le patient subit une irradiation, cela indique des maladies gastro-intestinales, des pathologies du système cardiovasculaire, des perturbations du travail du système hépatobiliaire, une oncologie, des problèmes rénaux, des troubles nerveux.

Pourquoi le mal de dos survient pour d'autres raisons:

  1. Maladies du tractus gastro-intestinal et du système hépatobiliaire. En cas de violation du travail des organes internes, des changements pathologiques se produisent, entraînant des sensations douloureuses. La douleur dans l'abdomen sera différente de celle de l'articulation. Une irradiation au dos thoracique et au-dessus est possible, ce qui sera ressenti par une lourdeur musculaire. En parallèle, il y a des sensations désagréables au niveau du plexus solaire. Quelles sont les causes des douleurs abdominales - ulcères, gastrite, intoxication alimentaire. Avec les maladies de la vésicule biliaire et du foie, la douleur survient brusquement et irradie soudainement vers le bas du dos. La raison en est les crampes et les coliques.
  2. La douleur rénale se manifeste par une irradiation près du coccyx et du bas du dos. Des sensations désagréables sont observées de deux côtés - à droite et à gauche. La nature de l'inconfort est vive, tirante. Vous ne pouvez pas endurer des sensations désagréables pendant longtemps. Une telle douleur peut entraîner des changements pathologiques graves qui altèrent le fonctionnement d'un organe vital..
  3. Maladies oncologiques. Une tumeur est une condition dangereuse qui peut ne pas montrer de signes de la maladie pendant une longue période. Cela peut commencer à faire mal si la taille du néoplasme malin est grande et serre les terminaisons nerveuses. Au cours du développement de la tumeur, une douleur irradiante se produit, affectant la région des omoplates, du cou et du bas du dos. Si le cerveau est affecté, le cou fera mal. Avec le cancer de l'ovaire, le bas du dos fait mal. Pour le cancer du sein - région thoracique, aisselle.
  4. Troubles cardiologiques. Ces pathologies sont souvent associées à des maux de dos, en particulier dans la région thoracique. Certains troubles peuvent être détectés précisément lors du diagnostic - arythmies, souffles cardiaques. Avec des douleurs cardiaques, une sensation de brûlure d'inconfort est observée, irradiant vers l'abdomen, derrière la colonne vertébrale, près des omoplates. Si la prise de nitroglycérine soulage la douleur, l'inconfort indique vraiment une altération de la santé du système cardiovasculaire. Sinon, cela peut indiquer des troubles neurologiques..
  5. La névralgie intercostale est un trouble neurologique souvent confondu avec une crise d'angine de poitrine. Habituellement, il n'y a pas de localisation claire de la sensation douloureuse. Il semble au patient qu'au début, il y a une douleur dans le dos droit, puis il y a un lumbago dans la région du cœur. Parfois, il y a une douleur aiguë dans la colonne vertébrale, qui passe rapidement. Si cela fait mal dans le dos gauche, les symptômes peuvent être confondus avec l'ostéochondrose. Si, lors des prochaines visites chez le médecin, aucun problème cardiaque ou de dos n'est détecté, des relaxants musculaires, des sédatifs, des vitamines B sont prescrits.
  6. Les maladies du système respiratoire se manifestent parfois par une gêne au niveau de la colonne thoracique. Ces causes de maux de dos sont associées à l'irradiation et à un processus infectieux et inflammatoire. Avec une maladie des voies respiratoires supérieures, il y a un mal de gorge, un nez qui coule. Si les voies respiratoires inférieures sont affectées, le patient est tourmenté par un essoufflement, une toux. Des crachats de sang indiquent une blessure grave qui nécessite des soins médicaux urgents..

Pourquoi le mal de dos survient - diagnostic

Si vous avez des douleurs dans la colonne vertébrale, vous devez contacter votre médecin local. Le thérapeute recueillera l'anamnèse, procédera à un examen initial. Reportez-vous ensuite aux procédures de diagnostic.

Quels tests doivent être passés:

  1. Tests sanguins généraux et biochimiques, analyse d'urine. Ces rendez-vous sont un protocole standard et sont nécessaires pour évaluer le fonctionnement des organes vitaux. Les analyses montrent l'état des reins, du foie, de la vésicule biliaire, du pancréas, du système hémostatique. Vous pouvez également déterminer la présence d'un processus inflammatoire latent..
  2. Radiographie d'une colonne vertébrale spécifique. En utilisant la méthode des rayons X, il est possible de détecter une ostéochondrose, des signes de hernie et des modifications importantes de la structure osseuse. C'est une méthode de diagnostic rapide et peu coûteuse..
  3. IRM. L'une des méthodes les plus précises pour évaluer le travail des organes internes. Une IRM est envoyée pour voir une hernie, une croissance ou une protrusion. Inconvénients de l'IRM - coût élevé de la procédure.

Si, lors du diagnostic, aucun problème de colonne vertébrale n'est détecté, ils sont envoyés pour diagnostic à des spécialistes de profil étroit - un cardiologue, un rhumatologue, un gastro-entérologue, un pneumologue, un neurologue.

Mal de dos - traitement

La thérapie est déterminée par le diagnostic. Le traitement des maux de dos vise à soulager les symptômes de l'inconfort pendant la période aiguë. Pendant le traitement des maux de dos, des médicaments, de la physiothérapie, une thérapie par l'exercice sont utilisés.

Quels traitements sont couramment utilisés:

  1. Anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ces médicaments ont un puissant effet analgésique, ce qui est important pour les blessures, les ecchymoses, la myosite, les hernies et l'ostéochondrose de la colonne vertébrale. L'exacerbation est facilement stoppée par injection. Il est préférable d'utiliser ces médicaments sur une courte durée, car ils ont un large éventail d'effets secondaires. Au fil du temps, avec des douleurs dans la colonne vertébrale, ils passent à des onguents anesthésiques externes ou chauffants, en fonction du diagnostic spécifique et du stade de récupération.
  2. Pendant la période de récupération, il est recommandé de consulter un thérapeute en réadaptation, de faire de l'exercice physique et de porter des bandages de soutien. Ensemble, ces méthodes de traitement vous aideront à récupérer plus rapidement des blessures, de la myosite, pendant la rémission avec ostéochondrose ou hernie..
  3. La troisième étape importante est l'optimisation du style de vie, qui aidera à éviter une deuxième attaque. Vous devez mener une vie active, en évitant l'inactivité physique. L'activité physique doit être modérée. Une posture correcte doit également être maintenue. Périodiquement, le patient doit consulter un thérapeute en réadaptation ou un massothérapeute.

Avis éditorial

La douleur vertébrale peut survenir pour de nombreuses raisons, qui peuvent être déterminées par des signes spécifiques ou après un diagnostic approfondi par un spécialiste. Pour plus d'informations sur les maladies du dos, il est recommandé de lire d'autres articles sur ce sujet sur notre site Web..

Pourquoi le dos fait mal - 67 causes de douleur, selon son emplacement

Presque chaque personne est confrontée à l'apparition d'un inconfort dans la colonne vertébrale. Utilisant des analgésiques, la plupart de la population ne se demande même pas pourquoi le dos fait mal, attribuant des manifestations négatives aux rhumes, aux courants d'air ou aux conséquences des entorses. Pendant ce temps, le syndrome douloureux (BS) peut être un signal alarmant de l'apparition de pathologies graves.

Dans différentes parties

Le mal de dos est d'une nature différente.

Parmi eux se distinguent:

  • Des crampes. Différence de fréquence.
  • Croissance. Au cours du processus d'apparition de conditions pathologiques, le degré d'intensité des manifestations inconfortables augmente..
  • Dague. Sont une conséquence des conditions d'urgence.
  • Sous forme de lumbago. Sont enregistrés en cas de troubles fonctionnels de la colonne vertébrale.
  • Constante ou monotone.

De plus, les maux de dos peuvent être de deux types:

  • Projeté. Il se propage le long des fibres nerveuses. Peut irradier vers les zones distales du corps.
  • Reflété. Apparaît en cas de dysfonctionnement des organes internes.

Sur le côté droit

Il existe un certain nombre de circonstances qui expliquent pourquoi le dos droit fait mal. Elles sont:

  • le résultat d'une inactivité physique, à cause de laquelle les muscles de la presse abdominale perdent leur fermeté et leur élasticité, tandis que toute la charge est placée sur la colonne vertébrale;
  • blessures et ecchymoses des tissus mous;
  • effectuer un travail physique dans une posture non naturelle (avec une charge inégale).

En plus des facteurs naturels, la cause de l'inconfort dans le dos peut être des maladies des organes internes et du système musculo-squelettique..

Ce symptôme peut faire partie du tableau clinique des maladies suivantes:

  • Maladies du système respiratoire. Avec une pneumonie (pneumonie du côté droit), en plus des maux de dos, le patient se plaint d'une toux sèche, d'une faiblesse générale, d'une augmentation de la température corporelle.
  • Un BS poignardant à droite est observé avec pleurésie. Il s'accompagne d'un écoulement d'expectorations purulentes et de difficultés respiratoires..
  • Pathologie du foie et de la vésicule biliaire. BS diffère par la durée du flux. Pour l'arrêter, des analgésiques ou des antispasmodiques sont utilisés. Le tableau clinique est complété par des signes d'intoxication (nausées, vomissements, violation de l'acte de défécation).
  • Maladies du tractus gastro-intestinal. Avec une pancréatite ou une gastrite, le syndrome douloureux est généralement localisé du côté gauche, mais irradie souvent vers le côté droit.
  • Les maladies des voies urinaires se manifestent par une douleur prolongée ou sourde. Cela se produit dans le contexte de mictions fréquentes, avec l'apparition de globules rouges (sang) dans l'urine. La caractéristique est que la personne malade ne peut pas trouver une position confortable pour réduire les maux de dos.
  • Appendicite. En plus de l'inconfort dans l'abdomen, le patient note que le dos fait mal du côté droit. Les symptômes supplémentaires sont l'apparition de nausées et d'un réflexe nauséeux, une augmentation de la température du corps, une perte générale de force.
  • Pathologies gynécologiques. Les manifestations inconfortables à droite sont enregistrées lorsqu'une grossesse extra-utérine se produit, une inflammation des appendices ou en raison de la croissance de phoques ovariens kystiques.
  • Ostéochondrose. La douleur peut être localisée sur les côtés droit et gauche. Elle s'accompagne d'une raideur dans les mouvements et augmente avec le travail physique (surtout si une personne le fait pour la première fois). Dans les formes avancées, il y a irradiation des doigts avec leur engourdissement.

Sur le côté gauche

La localisation des maux de dos à gauche peut être le symptôme principal ou supplémentaire du tableau clinique de nombreuses maladies..

Cela peut se produire dans les cas suivants:

  • Maladies de la colonne vertébrale. Le plus souvent, le patient se plaint que son dos lui fait mal en raison d'une ostéochondrose, d'une névralgie intercostale ou d'un nerf pincé. Le tableau clinique est complété par une raideur des mouvements, une irradiation du membre supérieur, une perte de sensibilité des doigts.
  • Maladies de l'estomac et des intestins. Les symptômes des manifestations douloureuses sont complétés par la présence de nausées, de vomissements, de selles dérangées et d'une augmentation de la production de gaz. Ces signes apparaissent avec le développement d'une pancréatite, de coliques intestinales, de cholécystite.
  • Maladies cardiaques. Un syndrome douloureux aigu derrière les côtes associé à un essoufflement et une sensation de brûlure derrière le sternum est un signe caractéristique d'infarctus du myocarde.
  • Dans les bronches et les poumons, la BS peut être observée avec le développement d'un pneumothorax, d'une pleurésie, d'une bronchite ou d'une pneumonie. Il peut augmenter avec l'inhalation et diminuer avec l'expiration..

Dans la région lombaire

La région lombaire commence à partir de la fin des côtes et se termine par le coccyx. Le plus souvent, les patients, qui recherchent une aide médicale pour des plaintes de maux de dos, désignent exactement le bas du dos.

Les conditions suivantes deviennent les causes de la douleur lombaire:

  • 90% de tous les cas de douleurs lombaires s'expliquent par une violation de la fonctionnalité de la colonne vertébrale (ostéochondrose, hernie entre les vertèbres, scoliose, radiculite). Ces conditions sont caractérisées par des symptômes sous forme de lumbago soudain.
  • Dans 6% des cas, les douleurs dans le bas du dos sont le résultat d'un dysfonctionnement des organes urinaires. Ce symptôme se manifeste par une pyélonéphrite, une cystite, une glomérulonéphrite ou la formation de calculs (calculs) dans les reins.
  • 4% sont des maladies d'autres organes internes (estomac, intestins).

Au niveau des omoplates

Une personne peut ressentir des douleurs dans la région des omoplates à différents endroits de localisation:

  • Le syndrome douloureux est localisé sous les omoplates. Ce caractère de BS est noté en présence d'ulcères et d'érosions dans l'estomac. Dans ce cas, l'épicentre principal des sensations négatives est concentré dans la zone épigastrique et l'irradiation donne sous l'omoplate.
  • La compression de la poitrine, les douleurs douloureuses et sourdes provoquent souvent une ostéochondrose ou une myosite.
  • Lorsque le dos entre les omoplates fait mal, alors avec un degré élevé de probabilité, nous pouvons supposer la localisation de la névralgie intercostale (si le BS se produit sous la forme d'un lumbago). En cas de pneumonie, les sensations douloureuses augmentent avec la toux et au pic d'un soupir.
  • La BS dans l'omoplate se manifeste le plus souvent comme une conséquence post-traumatique. La symptomatologie des sensations négatives augmente avec le mouvement des membres supérieurs.

Le long de la colonne vertébrale

Les conditions suivantes peuvent causer des maux de dos le long de la colonne vertébrale:

  • Lumbodynie. Il se manifeste nettement après avoir soulevé des poids.
  • Les affaissements, la scoliose ou la cyphose provoquent une gêne, qui se manifeste par un BS tiraillant ou douloureux.
  • Une protrusion herniaire entre les vertèbres entraîne une compression des racines nerveuses, ce qui provoque une sensation de brûlure le long de la colonne vertébrale. Dans ce cas, il y a une perte de sensibilité dans le dos..
  • L'ostéochondrose cervicale et thoracique entraîne des modifications des apophyses épineuses des vertèbres, ce qui devient le résultat d'une lésion constante de leurs terminaisons nerveuses. Cela provoque des maux de dos et des raideurs..
  • Les blessures provoquent un syndrome douloureux aigu et sévère. Si la moelle épinière est blessée, il y a une perte de sensation dans les membres inférieurs.
  • L'arthrite se caractérise par une augmentation progressive de l'inconfort, avec des craquements et des cliquetis dans les vertèbres.
  • L'endométriose et l'annexite provoquent une sensation d'inconfort dans la colonne vertébrale en raison de l'emplacement anatomique des organes reproducteurs féminins (dans le bas de l'abdomen).

Sous la longe

La région lombo-sacrée subit le plus souvent un stress dû à une mauvaise levée de poids, à une longue marche ou à une position assise. Mais ces situations n'expliquent que partiellement pourquoi le dos fait mal sous le lombaire.

L'inconfort survient lorsque:

  • changements pathologiques de la colonne vertébrale (arthrose, ostéochondrose, protrusion herniaire entre les vertèbres);
  • après une blessure au sacrum ou au coccyx;
  • en cas de mauvaise posture (scoliose ou lordose).

La douleur dans la région sacrée apparaît avec des maladies de la sphère génito-urinaire, la constipation, la cholécystite ou la gastrite. Chez la femme, ce symptôme peut indiquer une grossesse ou une ménopause. Parfois, cela laisse présager le début du cycle menstruel..

Mal de dos après le sommeil

Parfois, une personne note une fatigue et une faiblesse sévères après une nuit de repos.

Le plus souvent, les facteurs suivants y contribuent:

  • mauvaise organisation du lieu de couchage (matelas trop dur ou mou);
  • une activité physique accrue ou une grande quantité de travail pendant la journée;
  • changements destructeurs avec une fonctionnalité altérée des vertèbres et des disques entre eux;
  • changements liés à l'âge dans le tissu cartilagineux des disques intervertébraux;
  • les conséquences du traumatisme subi;
  • inflammation des organes internes de la cavité abdominale.

Douleur dans les muscles

Les processus pathologiques dans les vertèbres et les disques intervertébraux modifient la structure des tissus osseux et cartilagineux. Pour cette raison, il y a une surcharge des muscles et du fascia tendineux. Cela conduit au fait que le corps réagit avec l'apparition de BS.

Dans certains cas, il est à noter que le dos fait mal après un long séjour dans un courant d'air ou en cas d'hypothermie. Ces deux facteurs contribuent à la manifestation de la myosite, dans laquelle la douleur est localisée dans les muscles superficiels. Sa particularité est une augmentation de l'inconfort à la palpation ou lorsque le patient tente de faire des virages ou des inclinaisons du tronc. Parfois, ses symptômes apparaissent après des entorses et des ecchymoses..

Le syndrome de la douleur dans les groupes musculaires survient souvent en raison d'un entraînement intense chez les athlètes. Dans ce cas, les fibres musculaires surchargées perdent leur élasticité, des phoques y apparaissent, qui sont détectés par palpation.

Causes des maladies

La douleur dans le dos est diagnostiquée pour diverses maladies.

  • processus pathologiques de la colonne vertébrale (hernie, spondylarthrite, arthralgie, radiculite);
  • infarctus du myocarde, anévrisme de l'aorte;
  • maladies de l'estomac et des intestins (pancréatite, colite);
  • formation de calculs dans les reins, cholécystite, colique hépatique.

De plus, toutes les maladies ont une étiologie différente, qui est prise en compte lors du choix des tactiques de traitement.

Pathologies dégénératives

Des changements dégénératifs se produisent dans le cartilage et le tissu osseux. La violation de la structure morphologique provoque une dystrophie, à la suite de laquelle une ostéochondrose, une spondylose ou une spondylarthrose se produit.

Parmi les facteurs provoquant des changements destructeurs figurent:

  • trouble métabolique, entraînant un apport insuffisant de nutriments aux disques intervertébraux;
  • apport limité d'oligo-éléments utiles dans le corps;
  • lourdes charges et blessures subies;
  • dysfonctionnements du système endocrinien;
  • les mauvaises habitudes, par exemple le tabagisme et une dépendance excessive aux boissons alcoolisées;
  • inactivité physique et mode de vie sédentaire.

Maladies inflammatoires

Les maladies conduisant à une inflammation de la colonne vertébrale peuvent survenir à la fois indépendamment et à la suite de complications de pathologies. Ils sont enregistrés dans de rares cas, mais constituent une menace sérieuse pour la santé du patient.

Le foyer de l'inflammation peut être localisé dans différentes parties de la vertèbre:

  • dans la section antérieure, la spondylarthrite, la discite ou la spondylodiscite est le plus souvent diagnostiquée;
  • la localisation dans la région postérieure provoque le développement d'une ostéomyélite, d'une spondylarthrite ou d'un abcès paravertébral;
  • si le canal rachidien s'infecte, l'inflammation se manifeste par le développement d'un abcès ou d'une épidurite.

De plus, les tissus de la colonne vertébrale peuvent être affectés par la tuberculose, la brucellose, la trichinose (un type d'helminthiase).

Ce type de pathologie se caractérise par de vives crises de douleur dans les groupes musculaires, difficiles à éliminer en prenant des analgésiques. Le tableau clinique peut être complété par des symptômes concomitants, par exemple une augmentation brusque de la température du corps et une perte de sensibilité dans certaines zones de la colonne vertébrale.

Syndrome myofascial

Le syndrome myofascial est caractérisé par une évolution chronique avec la formation de phoques dans le tissu musculaire sous la forme de points de douleur (déclencheurs). Cela provoque non seulement un inconfort sévère, mais entraîne également une diminution de l'activité physique, à la suite de laquelle le patient se fatigue rapidement, même après une activité physique mineure..

La probabilité de développer un syndrome myofascial augmente considérablement dans les situations suivantes:

  • ostéochondrose, spondylarthrose, traumatisme et ecchymoses;
  • dans le cas d'un diagnostic de scoliose ou de pieds plats;
  • si l'œuvre implique la répétition de mouvements stéréotypés;
  • en violation de l'état psycho-émotionnel (si cela se produit avec une augmentation de la tension musculaire).

L'état des points de déclenchement est d'une grande importance dans la pratique clinique. Ils sont actifs ou latents.

Dans cet esprit, ils sont classés comme suit:

  • Forme aiguë. Les points de déclenchement sont actifs et provoquent une gêne lorsque vous essayez d'effectuer un mouvement.
  • Subaigu. Les manifestations négatives disparaissent au repos.
  • Chronique. L'état latent ne provoque qu'un inconfort mineur dans la zone correspondante.

De plus, afin de faire le bon choix de thérapie, la neurologie a adopté une classification basée sur le principe étiologique:

  • les points de déclenchement primaires sont formés en raison de lésions musculaires;
  • les secondaires sont enregistrés en cas de violation de la fonctionnalité des articulations et des organes somatiques.

Causes physiologiques

D'une autre manière, un groupe de causes physiologiques qui causent des douleurs dans le corset musculaire est appelé ménage. Ils n'ont pas besoin de traitement et s'en vont d'eux-mêmes après un court repos..

  • effectuer un travail physique dur pendant une longue période;
  • affaiblissement ou fatigue du corps;
  • posture mal choisie lors du repos la nuit ou lors de l'exécution d'actions monotones pendant le travail;
  • mauvaise organisation d'un endroit pour une nuit de sommeil;
  • matelas ou oreiller mal ajusté.

Pour établir la cause du mal de dos, vous devez consulter un médecin, car cela peut nécessiter un certain nombre de mesures diagnostiques. Cela vous permettra de déterminer les tactiques du processus de traitement, ce qui ne permettra pas la transition de la maladie vers une forme avancée..

Mal de dos - que faire?

Un tel cas s'est produit récemment. J'arrive à un appel à une patiente âgée, elle se plaint de douleurs dans le bas du dos. Les douleurs sont intenses, dérangeantes pendant 3 semaines. Examiné et traité par un thérapeute et un neuropathologiste, des injections, des pilules, des analgésiques, des vitamines et même des chondroprotecteurs ont été prescrits - le tout en vain.

À l'examen, douleur dans la colonne vertébrale inférieure, lorsqu'on lui demande de se lever - douleur dans l'articulation de la hanche. Que faire? La radiographie est indispensable! Elle a promis de donner une référence à l'hôpital, elle a dit que son fils devrait venir. Le lendemain, le fils n'est pas venu seul, mais a amené la vieille femme elle-même dans un fauteuil roulant. Elle a été emmenée pour examen par la tête, il y avait un soupçon de fracture de la hanche, elle a été envoyée d'urgence en traumatologie, le diagnostic a été confirmé, la grand-mère a été admise à l'hôpital et opérée.
Il s'est avéré qu'ils ne traitaient pas du tout. Et au départ, les plaintes concernaient des maux de dos.

À quelle fréquence les gens se plaignent-ils de maux de dos? Un ou deux patients sont nécessaires chaque jour. Indépendamment de l'âge et du sexe, du type d'activité et du physique.
Qu'est-ce que la douleur? Il s'agit d'une réaction protectrice du corps, très nécessaire, car s'il n'y a pas de douleur, nous ne pourrons pas découvrir qu'il y a des troubles dans le corps, que quelque chose menace votre santé..

Le mécanisme de développement de la douleur dans le corps est similaire à tous les réflexes - des récepteurs de la douleur, une impulsion va d'abord à la moelle épinière, puis elle est traitée et envoyée au cerveau. Toutes les parties du système nerveux sont impliquées dans cette voie, et dans le cerveau lui-même, il existe de nombreux centres de douleur à différents niveaux. Cela suggère que la perception de la douleur est très importante pour le corps..

Mais il arrive aussi qu'il y ait des dégâts, mais pas de douleur. Le plus souvent, cela se produit lors des processus tumoraux ou en cas de violation des récepteurs de la douleur.
Lorsque, en raison d'une irritation constante des récepteurs et des fibres nerveuses, ces fibres et centres du cerveau sont irrités, une douleur chronique survient. Il est beaucoup plus difficile de les traiter, car non seulement les organes et les tissus où se trouvent les récepteurs sont affectés, mais également les cellules du système nerveux qui transmettent la douleur - les neurones.

Les maux de dos peuvent être causés par diverses raisons. Ici, nous les diviserons selon la localisation (c'est-à-dire le lieu) des sensations de douleur dans différentes parties du dos et analyserons ce qui peut faire mal à différents niveaux et ce qui affecte toute la colonne vertébrale. Nous ne traitons pas de maladies rares: nous décrirons les causes les plus courantes de maux de dos rencontrées en pratique.

1. Douleur dans le haut du dos

  1. Tout d'abord, vous devez exclure les conditions les plus dangereuses - les maladies cardiaques. Par conséquent, pour les douleurs dans le haut du dos, dans la zone des omoplates, en particulier à gauche, un ECG (électrocardiographie) est prescrit pour exclure le syndrome coronarien aigu, l'infarctus du myocarde, si une personne est âgée. Myocardite et autres maladies cardiaques inflammatoires si vous êtes jeune.
  2. Nous excluons également l'embolie pulmonaire ou l'EP, en tant qu'état potentiellement mortel, si la douleur est accompagnée de toux et de sang dans les expectorations, une hospitalisation urgente est nécessaire.
  3. Si le cardiogramme est sans pathologie, on pense à la dorsalgie, dans cette partie du dos, la thoracalgie est correctement appelée (du mot latin thorax - poitrine) c'est-à-dire violation de la colonne vertébrale elle-même ou des muscles associés à la colonne vertébrale. La thoracalgie peut être causée par une ostéochondrose de la colonne vertébrale avec des lésions de la région thoracique. C'est la raison la plus courante. Une douleur accrue se produit lors du déplacement, en particulier lors des virages. Si vous regardez un tel dos, vous pouvez voir à quel point les muscles autour de la plaie sont tendus. Ces douleurs sont associées à un événement spécifique - j'ai soulevé un poids, soufflé, je suis devenu nerveux, il y avait une lourde charge sur le dos. Souvent accompagné de douleurs au sternum, douloureuses, aggravées la nuit en position couchée. Si la douleur est fraîche, des injections d'analgésiques, des vitamines du groupe B, des relaxants musculaires sont prescrits, tout disparaît dans les 3 jours, rarement une semaine. S'il y a des dommages à la colonne vertébrale elle-même - des disques intervertébraux herniés, des dommages aux racines nerveuses qui s'étendent de la colonne vertébrale - le traitement est long. Ici, il est nécessaire de faire une radiographie et ces patients sont traités par des neuropathologistes. Parce que la douleur chronique se forme, ce qui est plus difficile à gérer. À ce stade, des médicaments plus puissants sont connectés.
  4. La périarthrite de l'épaule est une inflammation de l'appareil ligamentaire de l'articulation de l'omoplate et de l'épaule. Ça fait mal au niveau de l'omoplate, on s'inquiète toujours d'un côté, plus souvent à droite (quelle main a fonctionné). Le traitement est le même que pour la dorsalgie..
  5. Il est impossible d'exclure la pathologie de l'articulation de l'épaule - arthrite ou blessure. Il arrive que la douleur soit donnée au dos.
  6. Parmi les organes internes, les poumons sont situés au niveau du haut du dos. Le dos commence à faire mal lorsque l'inflammation se propage à la plèvre - la membrane des poumons riche en récepteurs de la douleur. Les douleurs sont fortes, intensifiées lors de la respiration, afin de réduire la douleur, les gens se trouvent du côté malade. En cas de fièvre et de douleurs thoraciques, le médecin doit suspecter des troubles pulmonaires. Nous faisons une radiographie, qui, le plus souvent, montre bien tout. Le traitement est toujours à l'hôpital. L'inflammation de la plèvre - pleurésie - est due à diverses raisons. Elle peut être causée par des bactéries, des virus, des mycobactéries tuberculeuses et d'autres infections.
  7. Pneumothorax spontané - air entrant dans la plèvre. Elle survient souvent chez les jeunes asthéniques présentant un défaut héréditaire du tissu conjonctif (dysplasie du tissu conjonctif ou DZSP). Cela se produit avec une forte toux pendant l'ARVI, une respiration profonde et aiguë, un traumatisme.
  8. Si un patient a une maladie oncologique, tout d'abord, le médecin pense aux métastases, qui peuvent se trouver dans la colonne vertébrale et dans les poumons. Et très souvent, les métastases de ces organes sont causées par des maladies du sein, de l'estomac, de la vésicule biliaire, des organes féminins, des reins.

2. Douleur au milieu du dos, dans la région lombaire et au-dessus

  1. L'ostéochondrose de la colonne vertébrale au niveau de la colonne lombaire se manifeste par une lumbodynie - il s'agit d'une douleur sans irradiation à la jambe et une lombishalgie - lorsque la douleur se propage le long de la surface externe de la cuisse. Cela se produit lorsque les racines nerveuses sont pincées. Par conséquent, le médecin vérifie les soi-disant «symptômes radiculaires» ou symptômes de tension. Le patient se couche sur le dos et soulève l'une et l'autre jambe. Si un nerf est pincé à cause de la douleur, la jambe ne peut être soulevée que légèrement.
  2. Les reins sont situés à peu près à ce niveau. Ici, le médecin vérifie le symptôme Pasternatsky, c'est-à-dire bat légèrement le dos dans la zone prévue des reins, et si la douleur apparaît, les reins sont malades. Le plus souvent, il s'agit d'un signe d'inflammation aiguë des reins ou de lithiase urinaire. Par conséquent, l'algorithme d'examen de la douleur dans la région lombaire du dos comprend nécessairement une analyse d'urine générale. Avec une inflammation des reins, une pyélonéphrite aiguë ou une exacerbation de la maladie chronique, il y a une forte fièvre, des douleurs dans le bas du dos peuvent être au moindre contact. Dans l'analyse générale de l'urine, le nombre de leucocytes est augmenté - changements inflammatoires.
  3. Les calculs se trouvent non seulement dans les reins, mais également dans la vésicule biliaire. Très souvent, ils confondent la douleur de la pathologie de la colonne vertébrale et la douleur de l'inflammation de la vésicule biliaire. La vésicule biliaire est située à droite sous la côte et la douleur est donnée à la moitié droite du dos. Mais cet organe est si insidieux que la douleur dans la cholécystite peut être donnée à l'épaule droite, au bas du dos et même à la jambe. La pierre peut «s'asseoir» non seulement dans la vésicule biliaire elle-même, mais également dans le conduit. Il peut ne pas y avoir de pierre, mais il peut y avoir une inflammation de la vésicule biliaire et des canaux, causée, par exemple, par la lamblia, les opisthorchies et d'autres parasites. Habituellement, l'inflammation de la vésicule biliaire est détectée par la palpation de l'abdomen et la détermination des symptômes réflexes spéciaux de l'inflammation de la vésicule biliaire. Si des signes de cholécystite sont détectés, le patient est envoyé pour faire une échographie de la cavité abdominale et chez un gastro-entérologue. Si la lithiase biliaire est en phase d'exacerbation, il s'agit déjà d'un traitement chirurgical. Cette maladie est insidieuse en ce sens qu'il peut n'y avoir aucune température, amertume dans la bouche, selles molles, mais seulement douleur. Cela se produit avec un long cours, lorsque la douleur chronique s'est déjà formée.
  4. Inflammation du pancréas - pancréatite. La douleur irradie souvent vers le dos, uniquement vers la gauche. Cela se produit lorsque l'inflammation engloutit la queue du pancréas. Si l'inflammation est dans la région de la tête, la douleur est donnée au bas du dos à droite et au milieu. Tout est plus clair ici, la pancréatite aiguë ne peut tout simplement pas se dérouler sans symptômes dyspeptiques. Ici, en plus des douleurs intenses, il s'agit le plus souvent de douleurs abdominales «poignard», de nausées, de vomissements. Et, bien sûr, de telles douleurs sont toujours associées à une violation du régime alimentaire, il s'agit de la consommation d'alcool fort en combinaison avec des aliments gras. Les processus aigus sont un travail pour les chirurgiens. Parce que le pancréas peut commencer à se digérer, cela s'appelle la nécrose pancréatique et nécessite une intervention d'urgence. Si le processus est chronique, c'est l'observation d'un gastro-entérologue. Et un régime sans gras.
  5. Herpès Zoster - zona. Cela se produit dans le dos, plus souvent dans le bas du dos. D'abord, la douleur apparaît, puis les éruptions herpétiques sous forme de petites bulles. Elle est causée par l'un des types d'infection herpétique. Habituellement, un thérapeute et un neurologue traitent. Les douleurs peuvent être très fortes, brûlantes. Ce virus se propage le long d'un nerf. Parfois, une semaine passe de l'apparition de la douleur aux éruptions cutanées et il est difficile d'établir un diagnostic.

3. Lombalgie

  1. La cause la plus fréquente est la manifestation de l'ostéochondrose de la colonne vertébrale. Violation ou modifications dégénératives des vertèbres au niveau de l'articulation lombo-sacrée, la douleur irradie vers le coccyx ou vers le haut de la colonne vertébrale.
  2. Les causes gynécologiques peuvent donner des maux de dos (tout dépend de la position anatomique) - maladies inflammatoires des organes féminins.
  3. L'urolithiase, si la pierre passe à travers l'uretère, survient souvent dans le bas-ventre latéral, mais elle peut aussi être de l'arrière.
  4. La pathologie de l'articulation de la hanche (comme dans notre cas, qui est donnée au début de l'article), l'arthrite, l'arthrose ou même une fracture du cou de la hanche peuvent donner des maux de dos.
  5. Maladies du rectum - hémorroïdes, les tumeurs sont bénignes ou malignes (si les tumeurs sont malignes, elles donnent de la douleur non seulement par elles-mêmes, mais il peut y avoir des douleurs de métastases à la colonne vertébrale, au foie, aux poumons).
  6. Enfin, les maladies de la prostate - il peut s'agir d'une dysplasie bénigne de la prostate, d'un cancer de la prostate. Ces maladies se développent à l'âge adulte, elles durent donc souvent longtemps, même sans symptômes visibles, mais lorsque le corps est affaibli, elles peuvent donner des métastases à la colonne lombaire, aux poumons et aux ganglions lymphatiques locaux..

4. Certaines maladies affectent toute la colonne vertébrale ou ses parties

  1. L'ostéochondrose - la plus courante - est une modification dégénérative de la colonne vertébrale qui affecte toutes les parties de la colonne vertébrale. Il existe une ostéochondrose polysegmetale. Ses manifestations donnent des symptômes dans toutes les parties de la colonne vertébrale, par conséquent, il peut y avoir des difficultés particulières pour le diagnostic, très souvent en raison de l'ostéoporose.
  2. L'ostéoporose est une diminution de la teneur en calcium des os, qui se manifeste davantage avec l'âge. Chez les hommes et les femmes, cela se produit pour des raisons différentes, mais le cours est le même. Chez les femmes après la ménopause, cela est dû à un faible taux d'œstrogènes, qui régulent le métabolisme du calcium en âge de procréer, chez les hommes, le plus souvent en raison de lésions du tractus gastro-intestinal et d'une altération de l'absorption du calcium. Avec l'ostéoporose, les os deviennent fragiles et minces. Cela s'applique également à la colonne vertébrale. Les microfractures surviennent au moindre traumatisme à un stade avancé. Pour diagnostiquer l'ostéoporose, une méthode aux rayons X est utilisée - densitométrie et détermination du niveau d'ion calcium dans le sang. Les endocrinologues et les rhumatologues sont engagés dans le traitement et le diagnostic.
  3. Myélome multiple - fait référence à un groupe de leucémies ou de tumeurs sanguines, lorsqu'une tumeur se développe au niveau de la moelle osseuse. Le nombre de cellules hématopoïétiques, à partir desquelles les leucocytes se développent, augmente, la pression de cette masse provoque des douleurs dans les os. Dans cette maladie, les os plats sont touchés, le plus souvent le sternum, mais il peut y avoir des douleurs dans la colonne vertébrale. Maintenant, le nombre de cas de cette leucémie a augmenté. Elle est diagnostiquée par la présence de protéine Ben-Jones dans l'urine, une protéine altérée produite par les cellules tumorales.
  4. Maladie de Bechterew et autres maladies auto-immunes - lorsque l'inflammation des vertèbres est auto-immune, c.-à-d. lorsque le corps fabrique des anticorps contre ses propres cellules. Il y a maintenant une augmentation des maladies auto-immunes,
  5. Les métastases tumorales sont souvent retrouvées dans le cancer des poumons, du sein, de la prostate, respectivement, dans la colonne thoracique et lombaire.
  6. Les changements réflexes dans les zones de Zakharyin-Ged sont un réflexe douloureux des organes internes, ce qui donne des foyers de tension locaux (locaux) dans les muscles de certaines zones du dos (voir photo). Ces changements sont bien connus des massothérapeutes et des ostéopathes. Il existe des médecins expérimentés qui, selon l'état du dos, apprennent la pathologie des organes internes d'une personne. Le principe de l'apparition de ces zones réflexes est à la base du traitement avec des méthodes telles que l'acupuncture, l'acupuncture et l'acupression. Le médecin agit sur la zone et l'organe interne est guéri.
  7. Les maladies infectieuses de la colonne vertébrale - la tuberculose (peut être associée à une infection par le VIH), la syphilis, l'ostéomyélite sont très rares, mais le médecin doit les prendre en compte et les connaître. L'ostéomyélite tuberculeuse est difficile à diagnostiquer, le plus souvent le diagnostic n'est jamais définitivement posé, mais le traitement doit être pris au sérieux. La tuberculose est une maladie insidieuse, avec tout affaiblissement de l'immunité, elle peut pénétrer dans le corps et se manifester par des symptômes inattendus. Au cours de la dernière année, j'ai vu deux de ces patients.

5. Des maux de dos persistants peuvent indiquer des conditions médicales graves.

Avec les symptômes suivants, le médecin soupçonne une oncologie et fait passer un examen approfondi:

  • les maux de dos ne disparaissent pas bien avec les analgésiques,
  • perte de poids,
  • température subfébrile (37-37,5 degrés qui ne disparaît pas longtemps),
  • anémie, diminution de l'hémoglobine, l'apparence extérieure de la pâleur ou du jaune de la peau, teinte bleuâtre des lèvres, "cercles" sous les yeux,
  • augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes (VS) dans le test sanguin général,
  • tendance hémorragique.

Algorithme d'examen pour les maux de dos

1. Tout d'abord, vous devez subir des tests de routine - un test sanguin général, un test d'urine général. Cela nous donnera une idée de l'état du corps, des processus inflammatoires, de l'état du système urinaire. Si nous constatons un changement dans l'analyse de l'urine, nous suspectons immédiatement que la douleur est causée précisément par une maladie rénale.

2. Les tests sanguins biochimiques, les tests hépatiques (ALT, AST, bilirubine, ALP), la CRP (protéine C-réactive), le facteur rhumatoïde sont pris en compte - les indicateurs de l'activité inflammatoire, la quantité de protéines, le rapport des différents types de protéines dans le sang - l'albumine et les globulines et autres indicateurs si le médecin soupçonne une maladie.

3. Marqueurs tumoraux - en cas de suspicion d'un processus tumoral.

4. Tests de dépistage des maladies infectieuses: VIH, hépatite virale, tuberculose, syphilis.

5. Radiographie de la colonne vertébrale - montre des changements dans la colonne vertébrale, la présence de hernies des vertèbres, des métastases de tumeurs, une inflammation.

6. La tomodensitométrie de la colonne vertébrale et des organes internes est un examen très important, elle montre les changements dans les tissus mieux et plus en détail que la radiographie.

7. L'IRM est une méthode plus coûteuse et informative, utilisée pour clarifier les résultats de la tomodensitométrie. Vous pouvez effectuer des examens combinés qui capturent les organes internes et la colonne vertébrale elle-même. Cet examen vous permet d'identifier avec précision les causes des dommages aux organes internes.

8. Si le médecin pense à une maladie rare, il prescrit des examens spéciaux (pour les maladies auto-immunes, les infections rares, des études plus approfondies pour déterminer l'état du corps).

Le traitement des maux de dos est bien entendu prescrit en fonction de la cause. Mais nous commençons toujours par des analgésiques - anti-inflammatoires non stéroïdiens ou antispasmodiques.

Malgré la variété des causes des maux de dos, notre médecine est suffisamment avancée pour établir un diagnostic précis et débuter le traitement. Le plus important est de ne pas déclencher la maladie et de consulter un médecin si la douleur ne disparaît pas dans les trois jours, sans parler d'une douleur intense prolongée.

Auteur: médecin Loginova Maria Pavlovna

Il Est Important De Savoir Sur La Goutte